article abonné offert

« C’est l’intérêt général qui prime »

« Au début, rappelle le directeur de la clinique, Philippe Lemaire, tout le monde voulait du PIT. Nous sommes tous allés le défendre ensemble pour obtenir des subsides. De toutes les demandes en province de Liège, c’est celle de Malmedy qui a été retenue. À ce moment, il s’agissait de faire des gardes à domicile. Mais c’était hors de question pour le SPF Santé publique : pour unPIT, les gardes doivent se faire sous toit. Alors il est vrai que des ambulanciers volontaires n’ont pas voulu suivre. Et je les comprends. Mais ils étaient - et sont toujours - prioritaires s’ils désirent intégrer le service. Je tiens donc à leur dire qu’ils sont les bienvenus. »Mais pour Philippe Lemaire, les deux services doivent être complémentaires. « Maintenant, le PIT est en place et chacun s’accorde à dire qu’il est un renfort de qualité. Il faut savoir qu’auparavant, sur la carte de la Belgique, la région de Malmedy se situait dans une zone rouge, rouge foncé même, en matière de services d’aide aux victimes. Il était plus que nécessaire de se doter d’un tel outil », rappelle-t-il.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 11 des 48 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?