La bactérie E. Coli continue de tuer en Allemagne. Retour sur un phénomène qui inquiète l’Europe et qui pose question.

Alors que la bactérie Escherichia Coli sévit un peu partout en Europe, la Belgique, épargnée jusqu’à maintenant, retient son souffle.

1. L’Escherichia Coli, c’est quoi ?

Contrairement aux idées reçues, la bactérie qui a provoqué la mort de douze Allemands en l’espace de quelques jours était déjà connue des experts.

« L’Escherichia Coli est une bactérie qui se trouve dans les intestins des bovins et des humains notamment, explique Pierre Smeesters du laboratoire de génétique et physiologie bactérienne à l’ULB. Si on en parle à ce point en Europe, c‘est parce qu’on a sous-estimé longtemps sa présence et qu’une dizaine de personnes en sont mortes récemment. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas d’une nouvelle bactérie. »

2. Comment la bactérie est-elle arrivée jusque dans nos assiettes ?

Si les scientifiques se refusent à privilégier une explication, deux hypothèses apparaissent comme les plus plausibles pour expliquer la contamination des concombres.

« Soit de l’excrément de bovins extrêmement riche en E. Coli a été utilisé pour nourrir le sol des cultures, soit les concombres ont été arrosés avec de l’eau souillée dans laquelle se trouvait de nombreuses cellules de la bactérie», estime Marleen Abdel Massih, microbiologiste à l’UCL Peu de chance donc que l’erreur humaine soit à la base de la vague d’intoxication que l’Europe connaît actuellement.

3. Une transmission d’homme à homme est-elle envisageable ?

« Théoriquement, il est possible pour la bactérie de se propager directement d’une personne à une autre, affirme Marleen Abdel Massih. Mais cela ne peut se faire que par voie féco-orale. Avec un peu d’hygiène, cela n’arrive pas.»

4. Tout le monde est-il concerné par la bactérie ?

Les enfants ont beau être plus souvent victimes de l’E. Coli, « la souche concernée dans ce cas-ci se montre plus virulente, ajoute Pierre Smeesters. Si bien que les adultes et les femmes particulièrement sont plus touchés qu’habituellement.» D’où le caractère exceptionnel de la contamination.

5. Quels sont les symptômes d’une intoxication au E. Coli ?

L’ingestion d’une grande quantité de bacilles peut provoquer des diarrhées hémorragiques et parfois même des atteintes rénales sévères voire mortelles appelées syndrome hémolytique et urémique. « Concrètement, la bactérie s’attaque aux petits vaisseaux du rein », explique Pierre Smeesters.

6. Faut-il avoir peur ? L’Afsca l’assure, il ne faut pas s’inquiéter. « La Belgique n’est pas concernée car nos grossistes ne vendent que des concombres provenant de Flandres, détaille Pierre Cassart, porte-parole de l’Afsca. En plus, nous analysons de nombreux lots et aucune trace de la bactérie n’a été enregistrée jusqu’à maintenant. Si les conseils d’hygiène sont respectés, pas de soucis…»

7. Comment éviter toute contamination ?

« Il faut veiller à ce que les aliments soient nettoyés correctement, conseille Marleen Abdel Massih. Avec un peu de javel dans l’eau par exemple. Et puis, se frotter les mains après chaque manipulation. Avoir une hygiène correcte tout simplement.» ¦