Robuste, l’espèce du Grand Rhinolophe développe une longueur tête et corps de 57 à 71 mm, avant-bras 54 à 61 mm, oreilles 20 à 26 mm, envergure 350 à 400 mm et poids 13 à 34 grammes. Son pelage dorsal est roussâtre chez l’adulte et plus gris chez le jeune, leur face ventrale étant grisâtre. Sa limite géographique nord s’arrête approximativement au sillon Sambre et Meuse et ses déplacements sont souvent faibles, de l’ordre de 20 à 30 km entre les gîtes d’hiver et d’été. En déclin depuis 30 ans en Wallonie, sa population y est actuellement estimée à moins de 250 individus. Le Grand Rhinolophe a besoin de gîtes volumineux qu’il peut atteindre en vol direct et où il peut évoluer en vol. Vu la position pendante et libre, il a peu de chance de passer inaperçu dans les combles, parfois dans une cave chauffée. Extrêmement sensible aux dérangements, sa colonie la plus populeuse, connue à ce jour chez nous, se compose d’environ vingt individus. C’est dire la portée de la découverte olnoise de cette chauve-souris à la membrane en fer à cheval à l’envers sur sa face, qui est en fait son nez et par lequel le Grand Rhinolophe émet des ultrasons !¦

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 0 des 0 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?