Volcan islandais: "Aucune raison de fermer l'espace aérien en Belgique"

Volcan islandais: "Aucune raison de fermer l'espace aérien en Belgique"

EPA

Le nuage de cendres du volcan islandais Grímsvötn traverse notre pays ce mercredi. Mais pas de quoi fermer l'espace aérien belge, selon l'IRM.

Les concentrations de cendres dans le ciel belge sont "totalement insuffisantes" pour décréter une fermeture de l'espace aérien, a indiqué ce mercredi matin le météorologue David Dehenauw. Il ne s'attend pas à des concentrations plus élevées dans les prochains jours.

De très faibles concentrations se trouvaient mercredi matin sur l'ouest de la Belgique entre 0 et 6 km d'altitude, a déduit le météorologue sur base des cartes des services météorologiques britanniques. "Mais ces concentrations sont si faibles qu'on ne les distingue pas ou très peu sur les images satellites", explique David Dehenauw.

Le vent d'ouest évolue de plus vers le sud et le sud-ouest, de sorte que le nuage de cendres est de nouveau soufflé en direction de la mer du Nord.

Un risque pour vendredi?

Les Britanniques prévoient que le nuage de cendres aura disparu de la Belgique sur le temps de midi. Le nuage de cendres, qui se trouve actuellement au dessus de l'Allemagne et de la Pologne, va continuer à stagner dans les prochaines heures "mais la concentration va baisser".

La Belgique devrait en grande partie être épargnée par le nuage de cendres samedi et dimanche, à moins que le volcan islandais Grímsvötn entre de nouveau en éruption, souligne David Dehenauw.

Ce dernier formule toutefois une remarque pour vendredi. Ce jour là, des concentrations, à des altitudes plus élevées (jusqu'à 15 km), sont attendues au-dessus du nord de la France et du Luxembourg, précise le météorologue. "Des conséquences pourraient survenir pour 'l'approche' des avions vers l'aéroport de Zaventem", poursuit-il.

La "cellule de crise nuage de cendres" se réunit ce mercredi pour évaluer la situation.

Avec Belga