élite sportive

Liège ou Louvain-la-Neuve ? « De toute façon, je serai critiqué... »

Liège ou Louvain-la-Neuve ? « De toute façon, je serai critiqué... »

André Antoine laisse entendre que Liège et Louvain-la-Neuve peuvent encore faire des propositions. Notamment financières...

EDA

Deux villes classées ex aequo : Louvain-la-Neuve et Liège, candidates pour accueillir le futur centre pour sportifs de haut niveau, n’ont pas pu être départagées. Le gouvernement devra trancher. André Antoine sait déjà qu’il sera critiqué, quelle que soit l’option retenue.

Hier, après avoir entendu les promoteurs des projets, le jury d’experts n’a pas pu trancher. Trois villes restent officiellement en compétition pour accueillir le futur centre pour sportifs de haut niveau : Liège, Louvain-la-Neuve et Mons. Mais ils sont deux sur la plus haute marche du podium. Les candidatures liégeoises et néolouvanistes ont en effet été classées ex aequo par les professionnels du sport.

Le rapport officiel du jury est en préparation. Il sera remis au ministre wallon des Sports, André Antoine (cdH). À titre d’avis, seulement... C’est le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui devra trancher. La décision doit tomber avant les vacances parlementaires.

À ce stade-ci, Mons est officiellement toujours candidate. Mais en pratique, les deux autres prétendants proposent un panel d’infrastructures incomparables au projet montois.

Par ailleurs, au-delà des infrastructures, deux autres éléments vont jouer. Le soutien financier des promoteurs publics et l’arbitrage politique. Le ministre André Antoine prépare déjà le terrain : quel que soit le choix qui sera posé en juin, les critiques suivront. Les suspicions aussi. « Mais c’est l’exercice du pouvoir...»

L’argument financier

«C’est le sport qui sort vainqueur », se réjouissait néanmoins le ministre, ce matin sur La Première. « Il y a une mobilisation sportive en Communauté française. La consécration, c’est ce centre de haut niveau », dit-il. L’investissement prévu est conséquent : 70 millions d’euros, pour mettre en place, «comme en France ou en Allemagne », un centre de référence avec les meilleurs coaches, pour les sportifs à haut potentiel.

Première conclusion pour le ministre, après l’avis du comité de spécialistes : les dossiers liégeois et néolouvaniste coïncident avec l’attente des fédérations sportives. « C’est une garantie essentielle».

Une fois qu’il aura pris connaissance, dans le détail, des motivations du jury, André Antoine fera un rapport complet au gouvernement de la Communauté française. Qui pourra rencontrer les villes candidates et se faire à son tour son opinion.  

Hier, les promoteurs du dossier liégeois l’ont souligné : les propositions financières peuvent rester souples en ce qui les concerne. Autrement dit, il est encore possible d’alléger la note de la Communauté française en prenant davantage en charge le financement du futur centre. Louvain-la-Neuve ne balaie pas cette possibilité, tout en refusant d’entrer dans une escalade des offres.