FRANCE

Aubry et Royal à Poitiers pour défendre le projet des socialistes pour 2012

Aubry et Royal à Poitiers pour défendre le projet des socialistes pour 2012

Aubry et Royal sous la même bannière.

EPA

En pleine tourmente DSK, Ségolène Royal et Martine Aubry, qui pourraient être rivales à la primaire PS, ont présenté ensemble mardi à Poitiers le projet du parti pour 2012 en affichant le « rassemblement » des socialistes.

POITIERS

Ségolène Royal et Martine Aubry, qui pourraient être rivales à la primaire PS, ont présenté ensemble mardi à Poitiers le projet du parti pour 2012 en affichant le « rassemblement » des socialistes, quand certains craignent la constitution d’un front anti-Hollande.

« Socialistes rassemblés », défense « ensemble du projet », « tous unis pour les Français »: ainsi ont-elle commenté, côte à côte, tout sourire, presque complices, les grands principes de la réunion publique qu’elles allaient tenir quelques instants plus tard, devant une nuée de journalistes.

Bourses régionales pour la création de micro-entreprises, sécurité sociale professionnelle, croissance verte... Mme Royal a fait valoir ses réalisations locales, estimant que que sa région était « le laboratoire d’une alternative crédible ». « C’est possible dans la région, ce doit être possible dans le projet national », a-t-elle lancé.

Politique fiscale, création d’une grande banque publique d’investissement, vraie politique agricole, accès à l’éducation, la première secrétaire a balayé les principales propositions du parti, assurant qu’il fallait « redresser la France ».

Elle a notamment insisté sur un thème cher à François Hollande, « la jeunesse », qui est « au coeur de tout », dénonçant le « chômage » et la « précarité des jeunes » et rappelant la proposition de créer, en cas de victoire, « 300.000 emplois d’avenir ».

Alors que certains voient dans cette réunion une possible étape dans la constitution d’un « TSH » - pour « Tout sauf Hollande », pour le moment favori des sondages - les états-majors des deux femmes ont insisté sur le fait que le rendez-vous était calé depuis longtemps.

Belga