judiciaire

Six Indo-Pakistanais se mouraient dans une cuve

Le 16 septembre dernier, l’information avait fait l’effet d’une bombe. Un camion-citerne avait été intercepté dans le Hainaut avec six clandestins à bord, dont quatre enfants. Mélangées avec plusieurs tonnes de sac de plâtre, les victimes se mouraient dans une cuve aménagée en planque à la va-vite. Pour ces six Indo-Pakistanais, il n’y avait qu’un malheureux litre d’eau à leur portée. Ils suffoquaient dans cette cache dont l’air très rare était porteur de bouffées de plâtre.

La filière était espionnée depuis plusieurs mois par les autorités belges et il a été rapidement établi que, chez nous, le centre nerveux de l’organisation était à Bruxelles. En effet, dans les mois qui précédaient, le chauffeur du camion citerne avait été interpellé en Grande-Bretagne et, un peu plus tard, en France.

À chaque reprise, il convoyait des illégaux et il a soutenu que ceux-ci étaient entrés dans son semi-remorque à son insu ! Et, incroyable mais vrai, il avait pu poursuivre la route, à chacun de ces contrôles. Mais sans ses « légumes », comme il dira plus tard au téléphone.

Car Scotland Yard avait quand même averti Bruxelles de cette découverte pour le moins étonnante et notre police fédérale a été mise sur le coup. Des écoutes téléphoniques ont été installées. Entre eux, les passeurs parlaient des clandestins à convoyer en termes de « légumes », de « bagages » ou de « marchandise ».

D’où la colère de la procureure qui a requis hier devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, en présence de quatre prévenus, dont trois sont détenus depuis près de 9 mois. « Ils émettent des regrets ici ! Mais, les enregistrements de leurs conversations laissent apparaître qu’ils se foutent royalement du sort de leurs passagers. Leurs explications ne collent pas à une réalité bien démontrée. Le 16 septembre, les six clandestins, dont quatre enfants, seraient morts, si la police n’était pas intervenue ! », a grondé la magistrate.

Aussi, la représentante de l’accusation a requis 5 ans de prison ferme contre Jolly Kumar, le chef présumé de la filière en Belgique, 6 ans contre Tarak Chougrani, le chauffeur du camion-citerne, 40 mois contre Pritam Singh qui approchait les illégaux qui arrivaient à Bruxelles et qui se rendaient dans un parc à Forest. Deux ans ont encore été requis contre Junaid Ahmad, un autre chauffeur. Plaidoiries dans quinze jours.¦