Interview

« Ce serait bien d’être à deux Luxembourgeois au GBA »

Guillaume François, vous bronzez sous le soleil méditerranéen ?

Non, non (rires). Je suis en blocus. Je termine ma dernière année en comptabilité. (NDLR. Guillaume avait entamé ses études en cours du soir alors qu’il était toujours à Mouscron). Et puis je suis toujours en convalescence. Mes vacances, je les passe chez Lieven Maesschalck le kiné de l’équipe nationale.

Demain soir (aujourd’hui), je m‘octroie toutefois une petite sortie : je vais fêter les 50 ans de mon parrain (Pol Leemans).

Vous allez peut-être accueillir un autre Luxembourgeois au club ?

Arnaud Biatour ? Je ne le connais pas. Oui, il est cité chez nous, mais à Westerlo aussi. Ça me ferait vraiment plaisir d’être à deux Luxembourgeois au GBA. De plus, nous sommes du même âge. Je vais bientôt fêter mes 21 ans.

Le GBA fait aussi les yeux doux à Thierry Siquet…

Je sais. On en a beaucoup parlé. je l’ai vu récemment lors de nos tests physiques. Mais je n’en sais pas plus. Ce qui est sûr, c’est que ça bouge pas mal au club, tant au niveau de la direction que des joueurs : Clément arrête, Negrao n’a pas resigné, Cruz s’en va, Haroun devrait aussi quitter le club.

Et vous, vous vous sentez bien à Anvers ?

Tout à fait. Je vis seul en appartement. Ma copine est aux études à Bruxelles.

Je dois dire que je n’ai jamais rencontré le moindre problème, ni en ville, ni en club. Au sein du groupe, la langue usuelle est d’ailleurs plus l’anglais que le néerlandais. Compte tenu du nombre de nationalités présentes, le coach, Jacky Mathijssen, s’exprime presque exclusivement dans la langue de Shakespeare.

Si Arnaud Biatour vient au GBA, quels conseils lui donnez-vous ?

Qu ‘il ne change rien à son jeu. Et surtout qu’il ne se mette pas la moindre pression. La vie au quotidien, c’est entraînement tous les matins de 10 h à 12 h et deux fois par semaine, de 14 h 30 à 16 h. C’est ce qui m’a permis de poursuivre mes études. ¦ F. C.

Pro League