Tepco a admis mardi qu’une fusion s’était probablement produite au sein des réacteurs deux et trois. de la centrale de Fukushima.

Tepco, l’opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, a déclaré mardi qu’il pensait que le combustible avait partiellement fondu dans trois réacteurs, comme le soupçonnent depuis le début les experts.

« Il est tout à fait possible que la fusion se soit également produite au sein des réacteurs deux et trois (et que) la plupart du combustible soit sans doute tombé au fond (de la cuve sous pression), comme dans le réacteur numéro un », a déclaré un porte-parole de Tokyo Electric Power. Tepco, qui vient de publier ses dernières analyses des mesures effectuées à Fukushima Daiichi (n°1), a toutefois écarté le risque d’une nouvelle fusion incontrôlée.

Le tsunami géant déclenché le 11 mars par un séisme de magnitude 9 a anéanti les circuits de refroidissement de 4 des 6 réacteurs de la centrale, entraînant un échauffement des barres de combustible, faute d’avoir été immergées durant plusieurs heures.

L’opérateur a expliqué que le combustible partiellement fondu était désormais presque complètement immergé sous les tonnes d’eau injectées dans les cuves. Les réacteurs « sont en cours de refroidissement et leur condition est stable », a affirmé le porte-parole.

Selon les dernières informations publiées par Tepco et l’Agence japonaise de sûreté nucléaire, la cuve sous pression et l’enceinte de confinement du réacteur 1 « seraient endommagées et fuiraient ». L’état des cuves des réacteurs 2 et 3 est « inconnu » mais l’enceinte de confinement du 2 a « probablement été endommagée » et fuirait elle aussi.

Malgré la découverte de dégâts pires que prévu, Tepco a affirmé la semaine dernière que son calendrier de sortie de crise serait respecté. L’opérateur continue de tabler sur la réduction des fuites radioactives d’ici à juillet.

En parallèle, le gouvernement japonais a approuvé mardi la constitution d’une commission d’experts indépendants afin d’enquêter sur cet accident, le plus grave depuis celui de Tchernobyl en 1986. La commission devrait établir un rapport d’étape en décembre et un document final à l’été 2012.¦