André Flahaut est donc au perchoir de la Chambre. Un métier qu’il dit avoir découvert car, en fin de compte, il a été plus souvent ministre que parlementaire pendant sa carrière. Sa fonction présidentielle lui plaît même s’il concède qu’il doit souvent « brider sa spontanéité ».