cyclismeTour d’Italie

Deuxième succès d’étape pour Contador

Deuxième succès d’étape pour Contador

La fréquence de pédalage qu’a tenue Contador a frappé les esprits.

Associated Press / Reporters

Contador a avalé le chrono en médusant tout le monde dans sa grimpette. Ce clm n’a en rien modifié le trio de tête au général.

Alberto Contador a affirmé un peu plus son pouvoir sur le Giro, hier, dans le contre-la-montre en côte de Nevegal. L’Italien Vincenzo Nibali, crédité jusqu’alors du meilleur temps au bout des 12,7 kilomètres de cette 16e étape, a vu la victoire se dérober à l’arrivée du Castillan.

« Nous étions sous la tente (protocolaire) avec Michele Scarponi et nous nous sommes regardés quand on a entendu le temps de Contador », a raconté le Sicilien qui a opiné quand un journaliste de la RAI, a qualifié le porteur du maillot rose d’« extraterrestre ».

Contador, en retard sur la partie initiale (13 sec sur Nibali et 4 sec sur Scarponi), a réussi -de loin – la meilleure montée vers Nevegal. Maintenant une cadence de pédalage très élevée, le Madrilène a repoussé Nibali à 34 secondes et a enlevé son deuxième succès d’étape dans ce Giro après celui conquis sur les pentes de l’Etna.

« Il a démontré une nouvelle fois qu’il était le plus fort », a soupiré Scarponi, dont le retard s’élève à 4 min 58 sec sur Contador. Le « chrono » de Nevegal, qui partait du cœur historique de Belluno a laissé la hiérarchie du Giro inchangée. Derrière le trio de tête posté aux trois premières places de l’étape, seul le grimpeur vénézuélien Jose Rujano (5e) a grignoté une place.

Contador, qui n’avait encore jamais gagné d’étape avec le maillot rose sur les épaules, a insisté sur le soutien des tifosi et a évoqué avec émotion le souvenir de Tondo, décédé accidentellement lundi : « Sa disparition m’a privé d’un ami. J’étais en train de prendre un café quand j’ai appris la terrible nouvelle. Je n’ai pensé dès lors qu’à gagner cette étape pour la lui dédier ».

La 17e étape relie ce mercredi Feltre à Tirano, bourgade de la Valtellina qui jouxte la frontière suisse. Le parcours de 230 kilomètres franchit le Passo del Tonale (Km 166) puis la montée d’Aprica (Km 211) avant la rapide descente et les 7 derniers kilomètres de plat.¦