BASKET-BALLPlay-off (demi-finales, match N.1)

Le Spirou dominateur après la pause

Le Spirou dominateur après la pause

Grâce à un excellent Wright (13 pts et 9 rbds), les Carolos ont pris l’ascendant sur les Ostendais de Thomas.

Belga

Charleroi   71Ostende   59

Évolution du score : 13-20, 32-39, 57-50, 71-59

CHARLEROI (17/23 à 1 pt, 18/42 à 2 pts, 6/17 à 3 pts, 33 rbds, 9 a., 18f.) : Weaver, 8 GOMIS 7, Broyles 11, HAMILTON 2, WRIGHT 13, Greene 12, Riddick 4, Mallet 9, Massot -, Beghin 5.

OSTENDE (9/20 à 1 pt, 13/29 à 2 pts, 8/23 à 3 pts, 30 rbds, 11 a., 23 f.) : KATNIC 9, Serron 8, Green 6, LOJESKI 6, PETROVIC 7, Ebong 1, Thomas 6, VAN DEN SPIEGEL 6, Huffman 10.

Oui, Charleroi était fin prêt pour les play-off ! Auteurs d’une fin de phase classique marquée du sceau de l’irrégularité, les Sambriens ont rassuré leurs fans en remportant hier soir la 1re manche de la demi-finale face à l’éternel rival ostendais. C’est après la pause que le triple champion en titre a construit son succès, n’encaissant au total que 20 points dans les 3e et 4e quart-temps. Du coup, les Carolos auront l’opportunité de se qualifier pour la finale dès demain lors de la 2e manche à la Côte.

Pourtant privé, comme annoncé, de Faison mais aussi de Mitchell, rentré hier matin aux États-Unis après le décès de sa maman, Ostende avait pris un excellent départ. Grâce notamment à deux tirs primés de Katnic et de Huffman, les Côtiers filaient à 13-20 (10e). Alors que les raquettes étaient aussi fermées et surveillées qu’un coffre-fort, la différence se faisait essentiellement dans la concrétisation des maigres shoots ouverts au périmètre. À ce petit jeu, les Spirou étaient en panne de réussite (0/4 à distance dans le 2e quart) alors que Caleb Green s’y illustrait Conséquence : l’écart atteignait la barre des dix points (17-28 et 22-33) grâce à des remplaçants ostendais très en verve. À commencer par le jeune Serron qui ne ménageait guère sa peine, tant offensivement que défensivement (32-39).

L’Espoir belge de l’année n’allait pas réapparaître sur le parquet durant l’ensemble du 3e quart. Aurait-il pu inverser les choses ou stopper l’hémorragie ? Toujours est-il que le Spirou, remonté comme un coucou, allait enfiler un 25-11. Ce qui lui permettait de prendre les commandes à 40-39, après 8 points de Broyles, et de creuser l’écart sur un tir du milieu du terrain on the buzzer de Weaver (30e : 57-50).

Du banc, Stéphane Pelle observait ce qui prenait les contours d’une défaite pour ses coéquipiers. En théorie, l’intérieur camerounais, considéré comme l’étranger surnuméraire ces dernières semaines, aurait pu fouler le parquet. Mais l’ex-Liégeois qui n’avait pas été prévenu avant de monter dans le car flandrien du départ précipité de son coéquipier Mitchell, n’avait dès lors pas emporté ses baskets !

Le Spirou n’avait évidemment cure des problèmes de logistique adverses. Il resserrait encore d’un cran sa défense, avant s’asseoir magistralement son succès dans la dernière ligne droite. « À la maison, c’est certain, nous ne perdrons pas », avait assuré hier matin le coach Jaumin dans une interview. Ses joueurs ont tout intérêt à lui donner raison demain, sans quoi l’heure des vacances sera déjà arrivée.¦