Sophie la Girafe a 50 ans

Web

Cinquante millions de Sophie ont fait baver de plaisir deux générations de bambins. Une success story made in Haute-Savoie.

Quand cette girafe sympa fait son apparition sur le marché français le 25 mai 1961, jour de la Sainte Sophie, c’est une petite révolution. Une bouffée d’exotisme souffle sur le quotidien des bambins qui n’avaient jusque-là que des animaux domestiques ou de la ferme à portée de menottes. C’est un certain Monsieur Rampeau, sculpteur de jouets employé par la société Delacoste à Paris, qui a l’idée de créer cette girafe après une visite au musée de Sceaux où sont exposées les collections consacrées à Zarafa, la première girafe qui foula le sol français en 1826.

Ses longues pattes et son cou très mince la rendent très maniables pour les tout-petits. Sophie ne demande qu’à être attrapée, triturée, mâchouillée. Ce n’est pas un doudou mais un jouet mis au point pour éveiller les cinq sens dès l’âge de 3 mois. Elle est douce, exhale le parfum sucré de l’Hévéa, couine quand on appuie sur son ventre ou sur sa tête. Son caoutchouc tendre n’a pas son pareil pour calmer bébé en pleine poussée dentaire.

Réalisée en latex 100 % naturel (sève d’Hévéa) et colorée avec des peintures alimentaires, elle serait sans danger même si des rumeurs évoquant la présence de phtalates ont circulé un temps. Les phtalates sont présents dans le PVC, pas dans le caoutchouc naturel.

Une success story

Les mamans craquent illico pour ce girafon aux yeux doux. Le bouche à oreille fera le reste. En France, Sophie la Girafe est le jouet le plus vendu. Pour 830 000 naissances en 2010, il s’est vendu 816 000 Sophie ! Les jeunes grands-parents, qui l’ont reçue en cadeau de naissance, l’offrent désormais à leurs petits-enfants.

En cinquante ans, Sophie n’a pratiquement pas changé. C’est à peine si on lui a rosi les joues. Elle mesure 18 cm, se décline en une seule version : du beige piqué de taches brunes, des ronds noirs pour les yeux. Depuis 1991, elle est fabriquée à Rumilly (Haute-Savoie), siège de la société Vulli qui a racheté l’entreprise Delacoste en 1981. Sa fabrication tient plus de l’artisanat que de l’industrie. Quatorze opérations manuelles sont nécessaires pour donner forme et couleur à l’élégant mammifère africain.

Le it toy de Madonna et de Sandra

Jusqu’en 2002, Sophie s’est contentée des menottes françaises avec de nombreuses incursions dans la savane belge. Depuis une dizaine d’années, elle a traversé les océans pour s’installer dans la vitrine de boutiques luxueuses à Tokyo, Moscou, Shangaï, Singapour, Sydney ou New York. En France, c’est le jouet populaire par excellence, elle est vendue en grande surface. Aux États-Unis, Sophie a gagné ses galons de « it toy ». Un standing conforté par le soutien de quelques mamans célèbres : Sandra Bullock, Madonna, Nicole Richie… l’ont adoptée.

Les chiffres de ventes au niveau international sont top secret mais on sait tout de même que la cinquante millionième girafe sera vendue en 2011. Sophie fêtera ses cinquante printemps en grande pompe ce soir devant le tout Paris. Pour l’occasion, Chantal Thomas, Agnès Jaoui, Jean-Charles de Castelbajac, Swarovski, Esacada, Chiara Mastroianni et d’autres personnalités du monde des arts, du design ou du spectacle l’ont relookée. Une touche d’excentricité et de glamour pour pimenter une success story artisanale made in Haute-Savoie.¦

Ca.D.