DIABLES ROUGES

Simons, passé à l’antirouille

Simons, passé à l’antirouille

Belga

Si tout va bien pour lui, Timmy Simons fêtera le 3 juin sa 83ecap. Et ce n’est pas parce que le doyen des Diables (34,5 ans) a été repêché outre-Rhin par Georges Leekens, qu’il est sujet à la rouille. Au contraire, l’ancienne machine brugeoise semble plutôt bien huilée. « Au contraire, sourit-il. Nurenberg a livré une belle saison et j’ai joué quasiment l’entièreté des matches. Je me sens bien. »

Là où certains anciens reçoivent parfois un régime de faveur dans leur club, histoire de reposer leurs « vieux » os, et n’hésitent pas à quémander un mot d’excuse pour brosser l’un ou l’autre entraînement, Simons, lui, s’est octroyé un régime de… Spartiate. « La Bundesliga est finie depuis dix jours, mais je n’ai pas arrêté. Je n’ai pas besoin de me reposer. Au contraire. Chacun connaît son corps et le mien a besoin d’exercice pour que la mécanique ne connaisse pas de raté. Alors, lorsque je n’ai pas entraînement, je fais de l’exercice. Parfois des petits trucs, parfois de la course, simplement. J’en ai besoin. Oui, je sais, j’ai un côté Diesel. »

Autour de lui, des jeunes « qui gagnent »

De toute manière, tandis que le commun des footballeurs dont le championnat est fini a déjà repris quelques grammes, les internationaux, eux, ont encore un ultime travail à terminer cette saison. « Nous ne sommes pas en vacances ! clame Simons. Les deux premiers jours d’entraînement ont été légers, mais ça va se durcir un peu d’ici le match. » Exemplaire, justement, à l’entraînement, l’ancien capitaine des Diables doit composer avec des coéquipiers qui ont en moyenne près de dix ans de moins que lui. « Ce qui est intéressant avec les jeunes Diables, outre leur talent, c’est que beaucoup ont déjà gagné des trophées. Là, je vois les Genkois et les Standardmen… Ils ont un moral en acier pour aller au combat face à la Turquie. C’est tout bénéfice pour l’équipe. »

Simons, lui, n’a pas tardé à gagner le respect de tous dès son retour dans le giron de l’équipe nationale. ¦