FORMULE 1Grand Prix d’Espagne

C’est Mark Webber qui a la clé

C’est Mark Webber qui a la clé

Face au jeune ogre Vettel, la chance de la concurrence passe-t-elle par Mark Webber ?

Associated Press / Reporters

Mark Webber est le seul à rouler, comme Vettel, en Red Bull, et donc à disposer(en principe) des mêmes chances. La concurrence compte sur lui.

Quand bien même, il se fait dévorer par son champion du monde d’équipier, Mark Webber, vainqueur à Barcelone en 2010, fait figure d’homme-clé du Grand Prix d’Espagne et même du championnat.

Car si l’Australien n’a pas fait le poids jusqu’ici (trois victoires et une 2e place pour l’un, deux podiums pour l’autre en quatre courses), Webber n’a pas oublié que c’est en Espagne qu’il avait ôté son costume de faire-valoir pour endosser celui de candidat au titre.

Mark Webber, en tout cas, part confiant. « J’ai maintenant terminé 5e (en Australie), 4e (en Malaisie), 3e (en Chine) et 2e (en Turquie). La tendance va donc dans la bonne direction », observe l’Australien, 3e du général à 38 points de son coéquipier.

Adrian Newey, le génial concepteur de la RB6 (modèle 2011), se montre également encourageant : « En ce moment, (Vettel) est au sommet de son art. Mark ne pilote pas plus doucement, pour sûr. Il a juste pris un peu plus de temps pour s’adapter aux pneus Pirelli. Mais l’écart se rétrécit ».

« Avec plus de kilomètres, Mark s’améliore constamment, acquiesce Christian Horner, le directeur de Red Bull. Nous avons vu (Vettel et Webber) converger lors des dernières courses. Je m’attends à ce que ce soit le cas sur des circuits où Mark a toujours été très fort ». Comme Barcelone justement… Même ses concurrents semblent souhaiter le succès de l’Australien.

« Sebastian est évidemment un grand pilote. Mais son coéquipier doit lui mettre plus de pression […] », estime Jenson Button (McLaren) qui sait que chaque point pris à l’Allemand sera précieux pour la concurrence. Et si de l’avis général « Vettel a la meilleure voiture. S’il ne fait pas d’erreur, il sera difficile à battre », tout le paddock estime Webber, (seul ?) garant du suspense et de l’intérêt du championnat. Consultant chez Red Bull, Helmut Marko doute de Webber,« 3/10es de seconde plus lent que Sebastian depuis Silverstone 2010 , soit trop lent pour gagner sans faits de course », mais qu’importe : chacun espère qu’il saura se transcender, notamment dès dimanche.¦

Ar.B.