Démonet merveilles

Hellboy 2, c’est grimage et grand spectacle.

Guillermo del Toro est un réalisateur atypique. Capable du meilleur dans l’intime (L’échine du diable) comme dans le spectaculaire (mémorable Labyrinthe de Pan), le Mexicain est aussi un geek. Ainsi, en 2008, il signait Hellboy 2, se mettant au service des comics de Mike Mignola, où un jeune démon cornu débarquait sur terre pour combattre les forces des ténèbres. Hellboy, premier long-métrage du nom, n’avait pas été un succès mémorable au box-office. Il n’empêche : soucieux de contrebalancer l’hégémonie de la Warner et de sa franchise Batman, Universal réinvestissait alors dans ce Hellboy 2 qui allait se révéler être un immense spectacle visuel. Démarrant sur un flash-back humaniste (Hellboy, jeune gamin, n’étaient-ce ses cornes déjà proéminentes, croit encore au père Noël), le film devient vite un improbable mais efficace mixage entre le polar fantastique et l’héroic fantasy. Del Toro s’en donne et en donne à cœur joie, jusqu’à concrétiser sur écran des scènes dantesques que l’on dirait sorties des pages de Lovecraft. Du grand art que ce Hellboy 2, malheureusement diffusé un peu tardivement par AB3.¦C. F.

AB3, 23.15