Soins esthétiques : enfin des balises

La publicité relative aux interventions esthétiques sera interdite.

REUTERS

Le Sénat a adopté jeudi à l’unanimité la proposition de loi de Dominique Tilmans (MR) et consorts réglementant la publicité relative aux interventions à visée esthétique.

En vertu de la loi en devenir, la publicité sera interdite, à l’exception de la publicité personnelle, c’est-à-dire celle qui permet à un praticien de se faire connaître en donnant un minimum d’informations sur ses activités. Les fameuses photos « avant-après » ne seront plus autorisées.

Les contrevenants risquent une peine pouvant aller jusqu’à un mois de prison et 10.000 euros d’amende, le jugement devant paraître dans trois publications de la presse quotidienne.

La proposition a été envoyée à la Chambre.

Tilmans : « Il y avait urgence »

« Aujourd’hui, il faut savoir que n’importe quel médecin peut pratiquement poser n’importe quel acte, dans n’importe quelle condition de qualité, de sécurité et d’hygiène en extra-hospitalier. Et quand on sait qu’environ un million de Belges sont passés l’année dernière parl’esthétique médicale, il y a urgence », a indiqué jeudi Dominique Tilmans à la tribune du Sénat. La sénatrice réformatrice, qui travaille sur ce dossier depuis longtemps, a déposé deux autres propositions visant à réglementer le secteur.¦