Jan Wallentin, ancien journaliste de la télévision publique suédoise est devenu en quelques mois une véritable vedette dans son pays. Son premier roman, L’étoile de Strindberg, s’est, en trois mois à peine, vendu à 110 000 exemplaires dans son pays, qui compte 9 millions d’habitants. C’est comparable au succès des Bienveillantes ou de l’Élégance du hérissonqui ont, chacun, flirté avec le million d’exemplaires vendus pour un « marché » francophone de quelque 70 millions d’âmes…

Un succès qui n’est pas passé inaperçu aux yeux des autres pays. Et 24 d’entre eux, à travers le monde, ont déjà racheté les droits du livre, dont la France où il vient tout juste de sortir. Déjà publié en Russie, Allemagne ou Italie, il est annoncé l’an prochain sur le marché américain, anglais, brésilien et chinois !

Un succès qui pourrait avoir des retombées en Belgique. Une partie de l’histoire se déroule, en effet, à Ypres. Une ville que Jan Wallentin a visitée mais après avoir écrit son roman. « Je me suis rendu compte que je l’avais décrite bien plus grande qu’elle ne l’est, avoue-t-il en riant, et le musée « In Flanders fields » aussi ! » Qu’il se rassure, le musée est en lifting complet !¦