Une autre personne dans la chambre

Un employé du Sofitel de New York était déjà samedi dans la suite, occupée par Dominique Strauss-Kahn, lorsque la femme de chambre est entrée, ont dit mercredi une source policière et une source proche du groupe hôtelier. La victime présumée a constaté que « la porte était entrouverte », a expliqué la source policière. La jeune femme « a poussé la porte, un employé était en train de débarrasser le petit-déjeuner dans la suite et il lui a dit qu’elle pouvait nettoyer la chambre », a poursuivi la source proche du Sofitel. L’accusatrice de DSK est ensuite « revenue dans la chambre avec son chariot et l’autre employé est parti ».

Des liquides corporels

La police américaine a retrouvé dans sa chambre d’hôtel des fluides corporels qui pourraient aider à établir les faits, selon des médias américains. Les échantillons ont été retrouvés lors de la reconstitution avec la femme de chambre. La police a précisé qu’elle avait désigné l’endroit où elle se souvenait avoir craché après que DSK a tenté de lui faire effectuer une fellation, a rapporté la chaîne de télévision ABC. Un grand morceau de tapis a également été emporté pour analyse, a rapporté le Wall Street Journal, ajoutant que la femme de 32 ans a désigné deux emplacements où elle se souvient avoir craché. Des lentilles de contact jetables, un cure-dent utilisé, un verre et de petits pansements tachés de sang ont également été emportés, a précisé le quotidien économique.