AFFAIRE STRAUSS-KAHN

Inculpation de Strauss-Kahn: la droite française se pourlèche les babines

Inculpation de Strauss-Kahn: la droite française se pourlèche les babines

Gauche écartelée et droite renforcée les premiers enseignements des affaires Strauss-Kahn redessinent le paysage politique français. Reporters

L'affaiblissement de la gauche française suite à l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn remet la donne à plat dans la mesure où toutes les récentes enquêtes d'opinion donnaient DSK gagnant face à Sarko. La droite de tous bords se pourlèche déjà les babines.

L'affaiblissement de la gauche française suite à l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn en raison de possibles tentatives de viol profite surtout au camp présidentiel de Nicolas Sarkozy et remet la donne à plat dans la mesure où toutes les récentes enquêtes d'opinion donnaient DSK gagnant face au président actuel.

La droite, le centre et l'extrême-droite n'hésitaient à déclarer Dominique Strauss-Kahn hors jeu pour 2012. M. Strauss-Kahn est un "homme peu recommandable", "totalement déconsidéré", cette affaire est "très humiliante pour notre pays", a réagi le député du parti au pouvoir UMP (droite) Bernard Debré.

Le patron du FMI est "définitivement discrédité comme candidat à la plus haute fonction de l'Etat", a estimé sur RTL la présidente du parti de l'extrême droite français Marine Le Pen.

"Tout cela est confondant, navrant et infiniment troublant", a commenté le centriste François Bayrou, arrivé en 3ème position à la dernière présidentielle et vraisemblable candidat à la prochaine.

Belga