CYCLISME

Dopage: Vinokourov, Mayo et Moreni échappent à la Justice française

Dopage: Vinokourov, Mayo et Moreni échappent à la Justice française

Vinokourov avait été contrôlé positif aux transfusions sanguines. Il avait dû quitter le Tour 2007 par la petite porte. Reporters

Alexandre Vinokourov, Iban Mayo et Cristian Moreni,tous trois sanctionnés pour dopage sur le Tour de France 2007, peuvent souffler. On apprend qu'en février dernier, un non-lieu a été prononcé en février par une juge d'instruction du tribunal de Pau à leur encontre.

Une enquête avait été ouverte à l'encontre des trois cyclistes après des perquisitions effectuées dans les hôtels qu'ils occupaient les 24 et 25 juillet lors d'une journée de repos et d'une étape du Tour de France à Pau. N'ayant jamais pu, en dépit de trois commissions rogatoires, "parvenir à obtenir les échantillons prélevés" sur les cyclistes incriminés par l'Union cycliste internationale (UCI), la juge d'instruction en charge de cette enquête a été contrainte de prendre cette décision de non-lieu.

L'UCI, basée en Suisse, avait de son côté justifié son refus en invoquant la confidentialité "d'éléments médicaux à caractère personnel". Aucune mise en examen n'avait par conséquent pu être prononcée.

Pour rappel, le 24 juillet 2007, lors de la journée de repos, le Tour connaissait un coup de théâtre avec l'annonce du contrôle positif du Kazakh Alexandre Vinokourov (transfusion sanguine). L'équipe Astana, à laquelle il appartenait et dont l'hôtel avait été perquisitionné, se retirait alors de la course. Le lendemain, Cofidis faisait de même après l'annonce du contrôle positif de l'Italien Cristian Moreni. L'Espagnol Iban Mayo, troisième coureur testé positif lors de cette édition, avait lui subi son contrôle le 24 juillet à Pau. Après ces deux journées en Béarn, le Tour 2007 avait connu un autre coup de tonnerre avec le retrait du Danois Michael Rasmussen, alors maillot jaune, accusé par les autorités antidopage d'avoir menti sur ses lieux d'entraînement. Son cas ne figurait pas dans le cadre de l'instruction menée à Pau.

Avec AFP