Politique

Michel: La manif des profs due à "l'échec des partis de gauche"

Michel: La manif des profs due à "l'échec des partis de gauche"

Belga

Charles Michel était l'invité de La Première ce jeudi matin. L'occasion pour le président du MR de revenir sur la manifestation des enseignants à Liège aujourd'hui. Résultat, selon lui, "de l'échec des partis de gauche".

Charles Michel n'y est pas allé par le dos de la cuillère au moment d'aborder sur les antennes de La Première la manifestation prévue ce jeudi après-midi dans les rues de Liège. A l'entendre, celle-ci n'est rien d'autre que le fruit de "l'échec des partis de gauche", comprenez, les trois autres partis traditionnels au pouvoir à la Communauté française (PS, Ecolo et cdH).

"Je perçois parfaitement le ras le bol des enseignants qui traduit l'échec des trois partis de gauche" a répondu l'ancien ministre de la Coopération à Bertrand Henne.

A entendre le nouveau boss des "bleus" francophones, le gouvernement de la Communauté française s'est perdu dans des discussions interminables, notamment autour du décret inscriptions, anciennement décret mixité. Négligeant de la sorte les autres débats, dont ceux sur l'"insécurité" qui règne dans les écoles ou encore "le mauvais état des bâtiments".

"Travailler de manière plus adaptée"
Doit-on en conclure que le MR soutient les revendications des enseignants qui s'opposent, pour rappel, entres autres à la prépension repoussée à 58 ans (contre 55 ans auparavant)? Charles Michel opte pour une réponse de jésuite. "Le fait est qu'il faudra travailler plus longtemps mais de manière plus adaptée."

Pour le président réformateur, il faut miser sur le "tutorat", à savoir "conduire à des formes de travail qui permettent aux enseignants de rester plus longtemps dans les écoles".

Et pour remettre l'enseignement francophone en ordre de marche, notamment sur le plan financier, le fils Michel répond qu'il à la "conviction" qu'il faut lutter contre "le gaspillage inutile". Car "la manière dont les budgets sont gérés" ne permettent pas de faire des folies.

"Arrêtons d'ennuyer les enseignants"
Charles Michel a encore appelé le gouvernement à donner aux enseignants "les instruments pour qu'ils fassent leur métier correctement". Et surtout que le gouvernement "arrête tous les trois mois d'inventer de nouvelles réformes. Les enseignants ont besoin de stabilité" a conclu M. Michel.