Automobilisme1000 kilomètres de Spa

Répétition pour Audi et Peugeot

Répétition pour Audi et Peugeot

Audi (notre photo) et Peugeot vont se jauger ce week-end.

Associated Press / Reporters

Malgré les forfaits de dernière minute de l’Oreca Hybride et des deux Aston Martin officielles, le plateau des 1000 kilomètres de Spa sera tout simplement magique. Avec cinquante-cinq bolides sur la grille de départ, sept usines officiellement représentées, treize anciens pilotes de Formule 1, quatre Belges et de la bagarre dans les cinq catégories, les centres d’intérêt ne manqueront pas. D’autant que l’épreuve ardennaise comptera pour la première fois pour l’Intercontinental Le Mans Cup (ILMC).

« Sa création était incontournable, explique Frédéric Henry-Biabaud, manager général de l’ILMC. Il y avait une demande des constructeurs qui souhaitaient rentabiliser leurs investissements pour les 24 Heures du Mans. Cela passait par la restructuration des séries européennes et américaines. Actuellement, il n’est pas encore question d’un prochain championnat du monde qui doit d’abord se mériter, mais nous entretenons aujourd’hui de bonnes relations avec la FIA. »

En attendant, si trois rendez-vous seulement étaient programmés l’an dernier, l’ILMC s’est davantage mondialisée. Après une première escale américaine avec les 12 Heures de Sebring, Francorchamps entame le périple européen avant un retour Outre Atlantique, puis la septième et dernière manche en Asie. Nouvelle pierre angulaire de la renaissance de l’endurance en sportprototype, l’Intercontinental Le Mans Cup est appelée à devenir le prolongement mondial de la légende des 24 Heures du Mans. Et cela commencera dès aujourd’hui au pied du Raidillon. Quatre semaines avant le début de la grande semaine mancelle, l’épreuve belge servira plus que jamais de répétition générale avec le duel attendu entre Peugeot, vainqueur des trois dernières éditions avec ses 908, et Audi avec ses nouvelles R18 TDI.

L’un et l’autre étant présents avec trois prototypes fermés et gavés au gasoil, il ne faut pas s’attendre à une course d’attente. ?«?S’imposer à Francorchamps est important pour tout pilote. De plus, les 1000 km de Spa comptent pour le championnat. Nous venons donc pour gagner, mais Peugeot pense certainement la même chose », sourit l’Ecossais Allan Mc Nish qui défend les couleurs du constructeur allemand.

Pour ce faire, il faudra d’abord éviter tous les pièges sur la piste avec notamment la différence importante de vitesse entre les protos et les GT, mais aussi entre pilotes professionnels et amateurs.? «?Cela fait partie des risques inhérents aux courses d’endurance, analyse de son côté Stéphane Sarrazin qui défend les couleurs de la marque au lion. Mais cela constitue aussi un attrait supplémentaire pour le public. »

Une raison de plus pour rejoindre la cuvette de l’Eau rouge avec dès aujourd’hui les premiers essais libres et, pour la première fois, un départ donné samedi à 14 heures. ¦