Mémoires d’un guerrier (T.1)

Il y a quelque chose de Tolkien évidemment dans ces trois superbes nouvelles graphiques enchâssées l’une dans l’autre comme des reliques dans le pommeau d’une lame. Mais l’humour, l’ironie et le cynisme qui habitent le héros sur sa fin dépassent le folklore habituel de la fantasy pour atteindre une poésie fantastique devant autant à Pratchett qu’à Maupassant.

Le dessin très fin de Marco pourrait squatter les meilleures pages de Mike Mignola. Forteresses, tavernes et forêts sont rarement aussi évocatrices. Le sous-titre de ces 90 pages laissant augurer d’une suite, on se harnache déjà pour s’y aventurer à nouveau. Avec quelques planches sublimes, dont la chute d’un géant fatigué sur les cimes d’une inextricable canopée, le jeune Français fait une entrée fracassante dans la race des dessinateurs de gobelins. Il en deviendra peut-être un monstre sacré.¦

J.R.

«?Le trèfle Rouge?», Jean-Louis Marco, Gallimard/Bayou, 94 p., 16 €.