Manifestation

Le lait bouillonne une fois de plus devant l’Europe

On ne peut pas affirmer que rien n’a bougé depuis les fameux épandages dans les champs de Ciney, un jour de septembre 2009. Mais les producteurs laitiers ne se sentent toujours pas écoutés. Ils ont manifesté hier devant le Parlement européen et au siège de la?Commission européenne, à l’appel de l’European Milk Board : 200 producteurs et une bonne dizaine d’effigies de vaches aux couleurs de 14 pays européens.

Ce qui a (un peu) changé, c’est le prix d’achat du lait. En 2009, il avait chuté à 26 centimes le litre. Aujourd’hui, les producteurs se débrouillent avec un tarif de 32 ou 34 centimes le litre. Insuffisant, selon eux. «?Il faut arriver à 40 centimes pour couvrir nos frais de production?», réaffirme l’European Milk Board.

Une autre pièce a été avancée sur l’échiquier : la Commission européenne a fait un paquet de proposition à l’automne dernier. Pour remplacer les quotas (qui ne seront pas prolongés après 2015), la piste des contrats volontaires est lancée. Les producteurs signeraient un contrat avec un seul partenaire commercial, sans base commune notamment en termes de prix et de délai. C’était le créneau présenté le 2 mai par la Commission.

Les représentants des agriculteurs renâclent. À moins que ces contrats entre producteurs et transformateurs tiennent compte des coûts moyens de production en Europe, ils affirment qu’ils en sortiront perdants. «?D’autant que, dans le même temps, les laiteries deviennent de plus en plus imposantes?», au point de frôler des situations de monopole.

Ce qu’ils veulent, c’est d’une part un prix rémunérateur stable et, d’autre part, la mise en place d’un outil de régulation du marché dans sa globalité.?Que les quotas européens aient vécu, soit. Mais les manifestants refusent des pistes qui, affirment-ils, les placeront «?dans une position de faiblesse, sans aucun pouvoir de négociation comme en 2008?», soutiennent la Fugea (fédération unie des groupements d’éleveurs et d’agriculteurs) et l’European Milk Board.

Le 24 mai, la commission de l’agriculture du Parlement européen passera au vote…¦