INFO DU JOUR

Plusieurs milliers de profs attendus à Liège

Plusieurs milliers de profs attendus à Liège

Reporters

Les enseignants débarquent dans les rues de Liège ce jeudi. Et ils devraient être très nombreux, selon les premières estimations. Détails pratiques.

Les enseignants en ont ras la patate. Manque de moyens, départ en prépension retardé, conditions de travail toujours plus rudes, manque de considération des politiques. Autant de griefs qu’ils vont rappeler ce jeudi dans les rues de la Cité ardente aux oreilles des membres du gouvernement wallon.

1. Où?

Le rendez-vous est fixé par le front commun syndical à 13h30 à la gare des Guillemins pour une petite promenade d’une heure trente dans les rues de Liège (voir le parcours ci-contre). À l’issue de celle-ci, le cortège reviendra à son point de départ pour écouter les discours des différentes organisations syndicales. La dislocation de la manifestation est prévue à 16h.

2. Combien?

La question que tout le monde se pose concerne le nombre de manifestants. «C’est difficile à dire après 15 années sans manifestation, explique Eugène Ernst de la CSC-Enseignement. On ne s’est pas fixé d’objectif précis. Mais au-delà de 4000 personnes, la manifestation sera réussie. Un objectif que nous allons atteindre.»

3. Se rendre sur place?

Les sympathisants qui voudraient se rendre sur place devront s’y prendre à l’avance. «Beaucoup de gens veulent venir, s’enthousiasme Eugène Ernst. Mais le plus gros souci sera d’acheminer les gens. Les trains(doublés selon le syndicaliste, NDLR) sont complets et on ne trouve plus de bus.» Reste la voiture. Mais le stationnement posera certainement problème.

4. Pourquoi si tard?

Reste une question, celle de programmation de ce mouvement social à une date aussi tardive, à l’approche des examens. «On n’est pas responsable du déni de négociation et des reports multiples des réunions imposés par le gouvernement», botte en touche Eugène Ernst. Qui explique que les négociations se sont arrêtées deux semaines avant les vacances de Pâques et que, le temps de consulter la base, il n’y avait pas d’autre solution que de programmer la manif ce jeudi.