Charleroi

La Ville réclame «ses» deux millions!

La Ville réclame «ses» deux millions!

Belga

La Ville de Charleroi a lancé une action judiciaire à l’encontre du club afin de percevoir plus de deux ans de loyer (du stade) impayé par les Zèbres.

On l’attendait sans doute plus tôt, plus tard. Mais certainement pas maintenant alors que le Sporting de Charleroi tente de se projeter dans un avenir qui lui promet à court terme la descente et la division 2. Le bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur (cdH) vient pourtant de demander à l’avocat de la Ville, le réputé Marc Uyttendaele de lancer une action judiciaire à l’encontre du club concernant le vieux problème des arriérés de loyers pour le stade communal.

L’enceinte est plus connue sous le nom de Stade du Pays de Charleroi depuis le début des années 2000. À l’époque justement, la Ville, représentée pour l’occasion par la Régie foncière, et le club s’engagent au travers d’une nouvelle convention d’occupation. Avant 2008, affirme aujourd’hui la Ville, le club n’aurait déboursé qu’un quart des sommes fixées dans le texte pour occuper l’enceinte. Depuis lors, il n’aurait même plus rien payé. En tout, il devrait ainsi à la Ville quelque deux millions d’euros.

Cette interprétation est bien évidemment contestée par le Sporting qui fait valoir, dans un premier temps, une autre lecture?; dans un second, des manquements dans les engagements de la Ville, justifiant à ses yeux l’absence de loyers depuis 2008. «Nous sommes sûrs de notre bon droit, affirme Pierre-Yves Hendrickx, le secrétaire du club. Nous avons déboursé des montants qui correspondent à ceux qui se trouvent dans la convention. Après 2008, ce qui justifie notre position, ce sont les lacunes de la Ville.» Et le secrétaire de citer l’exemple de certains vestiaires à Marcinelle pour lesquels le club serait régulièrement sanctionné selon lui.

Dans le landerneau carolo, la décision a également surpris. À commencer par certains membres de la majorité politique. Depuis la nouvelle de la descente en division 2, certains de ses émissaires ont ainsi entrepris de dialoguer avec les dirigeants du club. L’atmosphère positive qui se dégage paraît-il de ces entrevues tranche avec l’épreuve de force engagée récemment par le bourgmestre.

Afin de décourager Bayat?

Y a-t-il des intentions cachées derrière celle-ci? Certains évoquent une tentative pour tenter de décourager le président Bayat et installer qui sait un nouvel investisseur. «Si cela intéresse quelqu’un, il n’a qu’à se présenter avec l’argent suffisant», répond brièvement Pierre-Yves Hendrickx.

+ MISE A JOUR | Le collège communal de Charleroi dément avoir enclenché une citation contre le Sporting

Pro League