Riga mise sur Mons ou Eupen

José Riga table sur l’expérience eupenoise.

BELGA

C’est au tour de la D2 d’en avoir fini avec sa phase classique. Place aux play-off… plus communément connus sous le nom de «?tour final?». OHL, champion émérite est déjà en D1. Reste une place. Soit pour Eupen, qui après avoir évincé Charleroi du PO3, tente toujours de sauver sa peau parmi l’élite. Soit Mons, Waasland-Beveren ou Lommel, qui rêvent d’une promotion.

José Riga, le coach de Visé (D2) connaît bien ces quatre formations. Il annonce un duel au sommet entre les Montois et les Germanophones. «?A priori, précise le Visétois. Car dans un tour final, une compétition courte et nerveuse, qui tombe à un moment où les organismes sont déjà usés, tout peut se passer.?La forme du jour et les ressources mentales des participants feront la différence.

L’expérience, aussi. Mons possède une ribambelle de joueurs (de Berthelin à Matthys en passant par Sapina ou Jarju) ayant déjà évolué un cran plus haut. Et Eupen, de son côté, vient de se faire un écolage d’une saison en Pro League. «?Les Eupenois dans leurs duels avec Charleroi, ont fait preuve de beaucoup de caractère, poursuit Riga. Ils ne sont pas démobilisés. Ils ont montré qu’ils étaient armés pour rentrer en tant que favoris dans ce tour final. En D1, outre le fait de jouer à un rythme plus élevé, ils ont pu apprendre quelque chose d’essentiel : le réalisme. Offensif et défensif.?»

«?Mons devait jouer le titre?»

Si José Riga pointe aussi les Dragons, avec qui il avait remporté le titre de D2, en 2006, l’année où le RAEC avait joué à l’ascenseur, c’est pour la qualité de leur noyau. «?L’équipe montoise était déjà bien balancée en début de saison, mais en plus le noyau a été élargi lors du mercato d’hiver. C’est même plutôt surprenant que mon ancien club n’ait pas réellement pu se mêler jusqu’au bout dans la lutte pour le titre. Il n’empêche, à l’heure où on fait table rase pour le tour final, Mons est tout à fait capable de revenir en D1?».

Les moyens de Beveren, le talent de Lommel

De surcroît, les Hennuyers possèdent toutes les infrastructures nécessaires pour jouer en D1. Tout comme Waasland Beveren, d’ailleurs. «?Au point de vue structurel et financer, Waasland peut jouer demain en Pro League, effectivement. Mais il ne doit sa place au tour final que grâce à une grosse première tranche. Son atout, c’est une remarquable assise défensive. La meilleure de la D2. Mais il compose peut-être avec moins de talent, globalement, que ses adversaires.?» Quant à Lommel United, si là, le talent y est (Dufour, Azevedo, Oost ou Brouwers), la jeunesse pourrait être un frein. «?Je me demande d’ailleurs si cette immaturité n’a pas causé l’effondrement des Limbourgeois dans la dernière ligne droite, souligne Riga. Cette équipe est aussi sans doute trop dépendante de son buteur, Jeroen Ketting?».

Faites vos jeux, donc. Pour José Riga, c’est le sud du pays qui a donc le plus de chance de retrouver un club de… plus en D1.¦