Pauwels à «?Studio 1?» : clash de fin??

- EDA

Après un week-end footballistique un peu mou du genou, l’émission Studio 1, sur la RTBF hier soir, a connu un rebondissement hors du commun. En plein direct, les deux meilleurs ennemis du paysage audiovisuel francophone, les chroniqueurs Benoît Thans et Stéphane Pauwels sont allé au clash. Prouvant à ceux qui en doutaient encore que leur duo empli d’inimité et de rancœur, qui a fait l’un des succès de l’émission footeuse, n’était pas du show.

Benoît Thans, en rebondissant sur le chapitre d’un chroniqueur hollandais qui a «?descendu?» Michel Preud’homme en flammes dans les colonnes du Het Laastste Nieuws, a signalé à Stéphane Pauwels : «?On n’est pas amis. >?» Et en le visant clairement, lui a signifié, en gros que lui aussi faisait des déclarations stupides et n’y connaissait rien en foot. Pauwels, a vaguement tenté de se défendre.?Et tandis que Michel Lecomte venait de lui intimer de se taire, le Remy Bricka de la chaîne publique s’est levé et a quitté le plateau. Avec comme seul commentaire : «?Michel Lecomte, vous choisissez toujours votre camp(NDLR : C’est pas juste, na?!)?». Suivi d’un «?Plein les couilles?!?» à peine marmonné dans une barbe fleurie de trois jours. Les différents journalistes et intervenants ont ensuite poursuivi l’émission… presque comme si de rien n’était.

Thans attendait son heure

Ce départ fracassant en plein direct signifie-t-il la fin de Pauwels à l’émission sportive-phare du lundi soir?? Possible. Studio 1 a beaucoup tiré sur la corde Pauwels (pas toujours crédible).?Elle avait en partie dopé l’audience de l’émission, mais la rédaction sport du service public était arrivée au bout de sa logique concernant son trublion.?En coulisse, il en agaçait (aussi) plus d’un. Pourtant, Pauwels, lui, était bel et bien dans le rôle qu’on lui avait fourni. Presque créé sur mesure. Quant à Benoît Thans, qui a si souvent joué l’impassible ou fait le gros dos face aux attaques (parfois drôles et plutôt justes, parfois gratuites et méchantes) de son comparse, il a simplement attendu le bon moment pour se ruer dans la brèche. Les déclarations de Pauwels à son encontre dans un hebdomadaire (voir ci-contre) étaient indéfendables.

À quatre émissions de la fin de la saison (et de la fin du contrat Belgacom qui exigeait la présence de ce programme), c’est une époque qui s’achève. Sans doute un peu plus tôt que prévu. Ouf??¦