Un Fort Chabrol s’est déroulé lundi après-midi sur le territoire de la commune de Braine-l’Alleud.

Tout a commencé peu avant midi lorsqu’un policier de la zone Ouest Brabant wallon a constaté sur le territoire de Tubize la présence d’un véhicule signalé comme recherché. La voiture avait été dérobée la veille, dimanche donc, lors d’un car-jacking à Uccle, en région bruxelloise. Des véhicules de la zone Ouest Brabant wallon ont directement pris le véhicule en chasse dont le conducteur, Mustapha Riffi, un Forestois né en 1980, avait pris la fuite à grande vitesse en direction de Braine-le-Château.

Arrivant sur le territoire de Braine-l’Alleud, le véhicule a soudain été victime d’un accident – dans des circonstances qui n’ont pas été précisées par le parquet de Nivelles – et son chauffeur a continué sa fuite à pied dans la rue de la Gare, à Braine-l’Alleud.

Poursuivi par la police, Mustapha Riffi s’est alors retranché vers 12h15 dans une maison, inoccupée au moment des faits, située au n° 30 de la rue de la Gare, tirant plusieurs coups de feu en réponse aux policiers dont l’un à travers l’une des portes de l’habitation. Cette villa est celle de Jean-Paul Davidts, patron de la société d’électronique, de conception et de fabrication de badges et de systèmes de contrôle d’accès Dinec International. Une partie des bureaux de la société se trouve sur la même parcelle que la villa, face à elle.

Entourant l’habitation, les policiers, rejoints par leurs collègues de Braine-l’Alleud et de Waterloo, ont alors encerclé la maison, tandis que douze des vingt-cinq employés de Cinec qui se trouvaient dans les bureaux proches de la villa étaient évacués et mis en sécurité dans une autre implantation de la société, située dans la même rue mais à une bonne centaine de mètres de la première. Le bourgmestre de Braine-l’Alleud Vincent Scourneau et des ambulances des pompiers de Braine-l’Alleud, ces dernières à titre préventif, se sont également rendus sur place.

Vu que le fuyard était armé et paraissait totalement décidé, appel a alors été fait aux équipes de la CGSU (ex-DSU, unités spéciales de la police fédérale) tandis que l’ensemble du quartier était bouclé, toute circulation interdite rue de la Gare et que les habitants étaient invités à ne quitter leurs habitations sous aucun prétexte. Une dizaine de véhicules des unités spéciales se sont rapidement rendus place. À leur bord, des tireurs d’élite, notamment, ainsi que des spécialistes rompus à la négociation.

Tandis que les hommes des unités spéciales étaient parvenus à pénétrer au rez-de-chaussée, le forcené s’étant retranché à l’étage de l’habitation en en fermant tous les rideaux, l’épouse et la sœur de Mustapha Riffi, qui selon le parquet de Nivelles s’étaient spontanément manifestées, se sont jointes à la négociation, en partie par téléphone, décidant finalement vers 15h40 le forcené à déposer son arme et à se rendre. Il a été aussitôt embarqué par les policiers.¦