Aux yeux de ce spécialiste du monde arabe, la disparition du leader d’al-Qaida va sans doute «?énerver très fort des dictateurs en déclin qui brandissait l’épouvantail du terrorisme pour se maintenir et justifier leur règne.?»

Les conditions de l’exécution choquent aussi. «?C’est une erreur de l’avoir tué et jeté à la mer. Moi aussi je me pose des questions par rapport à la réalité de cette exécution et de ses conditions d’autant plus qu’on sait que la photo exhibée est truquée. Il reste quand même pas mal de points d’interrogation.?»

La disparition du leader d’al-Qaida ne va probablement pas améliorer l’image des États-Unis au sein du monde arabe. Obama a toujours veillé à séparer la guerre contre le terrorisme et l’Islam, mais sa politique de main tendue pourrait en pâtir.

«?Ce sont des précautions, tranche Paul Delmotte. Obama a déjà perdu pas mal de points, ne fût-ce que par son recul sur la question palestinienne, sans compter ce qui se passe en Libye où il y a aussi des tentatives d’assassinat. Cela ne relève pas de la résolution 1?973 de bombarder une maison privée, d’y tuer trois enfants et un fils de Kahafi.?»

Selon Paul Delmote, la politique d’Obama n’est finalement pas très différente de celle de Bush.

«?Il a pris soin de rassurer ses alliés et de les caresser dans le sens du poil pour qu’ils soient moins récalcitrants que sous Bush, mais il n’y a aucun changement de fond. Et les États-Unis ne seront pas mieux perçus maintenant au sein du monde arabe. La seule chose qui permettrait aux États-Unis d’être mieux perçus serait de vraiment taper sur la table pour régler le problème palestinien, ce qu’ils ne font pas.?»¦

C.D

.