CRISE

Milquet: "la N-VA dit elle même qu'en 2007, elle aurait sauté de joie avec l'offre actuelle"

Milquet: "la N-VA dit elle même qu'en 2007, elle aurait sauté de joie avec l'offre actuelle"

Milquet charge à nouveau la N-VA. Belga

Pour Joëlle Milquet (cdH), il est temps d'entamer la négociation finale.

Pour Joëlle Milquet (cdH), il est temps d'entamer la négociation finale, indique-t-elle dans un interview parue vendredi dans les pages de La Libre Belgique.

"On est plus loin qu'il y a un an. On peut dire que nous n'avons jamais été aussi loin dans le blocage institutionnel. Mais il faut également reconnaître que nous n'avons jamais été aussi loin dans la configuration d'une réforme de l'Etat", concède néanmoins la présidente du parti humaniste.

Quant à cette offre présente sur la table, "si elle ne parvient pas à contenter un parti flamand, pour des raisons qui sont les siennes, ce n'est pas pour cela qu'elle n'en contente aucun. C'est une offre très importante. La N-VA dit elle-même qu'en 2007, elle aurait sauté de joie si elle avait été mise sur la table", déclare-t-elle.

"Ce qu'il faut faire maintenant, à l'issue de la mission de Wouter Beke, c'est passer dans une phase où tout le monde prend ses responsabilités. On demande alors qui est prêt à entrer dans des négociations finales. Car il est temps de passer à la phase de conclusion. Après Wouter Beke, nous n'avons plus besoin d'une ixième phase de transition. Chacun doit maintenant déterminer s'il s'engage dans une négociation sur cette base. Y compris la N-VA", s'exprime Joëlle Milquet.

La présidente du CDH ne souhaite pas "a priori" exclure la N-Va mais "si un parti, la N-VA ou un autre, décide de na pas y aller, qu'il laisse les autres avancer et essayer de conclure".

Belga
 

Nos dernières videos