SEISME AU JAPON

Séisme au Japon : de la radioactivité dans l'atmosphère après l'incendie au réacteur 4

Séisme au Japon : de la radioactivité dans l'atmosphère après l'incendie au réacteur 4

Des substances radioactives ont été libérées directement dans l'atmosphère à la suite de l'incendie du réacteur 4 à la centrale nucléaire de Fukushima n°1. Reporters

Des substances radioactives ont été libérées directement dans l'atmosphère à la suite de l'incendie du réacteur 4 à la centrale nucléaire de Fukushima n°1, a confirmé ce mardi à Vienne l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Les autorités japonaises ont informé aujourd'hui l'AIEA à 04H50 (03H50 GMT) que le bassin du combustible usé du réacteur nucléaire 4 de la centrale de Fukushima Daiichi était en feu et que de la radioactivité était en train d'être libérée directement dans l'atmosphère", a ajouté l'agence dans un communiqué.

L'incendie au réacteur 4 est "apparemment éteint", ont rapporté mardi plusieurs médias japonais. "L'incendie qui s'est produit au quatrième étage du réacteur 4 est apparemment éteint", a indiqué l'agence Jiji.

Les autorité japonaises ont aussi informé l'AIEA qu'une explosion s'était produite vers 06H20 (05H20 GMT) au réacteur 2 de la même centrale, qui a peut-être été provoquée par de l'hydrogène, selon l'agence.

"Des taux (de radioactivité) allant jusqu'à 400 millisieverts par heure ont été signalés sur place", ajoute l'AIEA.

A partir d'une dose de 100 millisieverts reçue par le corps humain, les observations médicales font état d'une augmentation du nombre des cancers.

L'agence de l'ONU "cherche à otenir des informations supplémentaires sur la situation, continue à être en contact avec les autorités japonaises et suit la situation".

Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a annoncé auparavant que le niveau de radiations avait "considérablement augmenté" à la centrale nucléaire de Fukushima n°1.

M. Kan a appelé les personnes habitant dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale, endommagée par le séisme de vendredi, à rester calfeutrées chez elles.

Le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, a expliqué pour sa part que l'hydrogène qui s'est échappé dans l'atmosphère était porteur de substances radioactives. Mais "il faut garder à l'esprit que ce n'est pas le combustible nucléaire lui-même qui brûle", a déclaré le porte-parole.