MOBILITE

Buizingen : d'autres collisions depuis le drame mais aucun passager décédé

Buizingen : d'autres collisions depuis le drame mais aucun passager décédé

Aucun passager n'a perdu la vie au cours d'un accident ferroviaire ces douze derniers mois. EdA

En 2010, quelque 130 franchissements de feux rouges par des trains ont été relevés sur le réseau ferroviaire belge, dont 86 à charge de conducteurs de la SNCB. Il s'agit d'une augmentation de 11% par rapport à 2009 (117 cas) et d'une légère diminution de 3% pour les conducteurs de la SNCB.

Le nombre d'incidents survenus ces douze derniers mois sur le réseau n'a pu être communiqué ni par la SNCB, ni par Infrabel. D'après cette dernière, les statistiques disponibles ne sont pas suffisamment représentatives ni détaillées. Aucun passager n'a perdu la vie au cours d'un accident ferroviaire ces douze derniers mois, mais plusieurs accidents ferroviaires se sont succédé.

Le 6 février 2011, la locomotive d'un train de marchandises a déraillé près de la gare de formation de Ronet (Namur). Le conducteur de la locomotive a été légèrement blessé. Le premier wagon contenant un produit corrosif a déraillé.

Le 28 janvier, les deux dernières voitures d'un train IC Ostende-Eupen, circulant à contre-voie à hauteur d'Olne, ont déraillé en franchissant un aiguillage, avant de percuter un train à destination de Liège-Palais qui était à l'arrêt. Neuf personnes ont été blessées dans la collision et hospitalisées. Une dizaine d'autres ont été prises en charge sur place par les services de secours.

Le 25 janvier, une voiture a été percutée par deux trains sur la ligne de chemin de fer 108 à Leval. Le gestionnaire du réseau, Infrabel, conteste certaines informations selon lesquelles les barrières du passage à niveau n'auraient pas fonctionné.

Le 20 décembre 2010, un train transportant 25 personnes a percuté un arbre tombé sur les rails à Pepinster.

Le 18 décembre, une collision entre une voiture et un train de marchandises s'est produite à Boortmeerbeek, en Brabant flamand. Le train a pu continuer son parcours.

Le 9 octobre, un accident s'est produit entre une voiture et un train à un passage à niveau de Eke (Nazareth). Les quelque 70 passagers du train ont poursuivi leur voyage en bus.

Le 15 septembre, un train en provenance d'Arlon et circulant vers Luxembourg est entré en collision avec un autre train venant de Luxembourg et circulant en direction de Libramont à proximité de la gare d'Arlon. Cinquante-six personnes ont consulté sur place les services médicaux. Parmi ces personnes, 23 ont été emmenées à l'hôpital pour des soins légers ou des examens complémentaires. Le procureur du Roi d'Arlon, Serge Lipszyc, a mis en cause la visibilité de feux de signalisation. Pour Infrabel, les feux ont fonctionné normalement et sont entretenus correctement.

Le 10 août, un train venant de Tournai a heurté une barrière de sécurité à hauteur du passage à niveau à Ligne (Ath). Les passagers ont été invités à descendre. L'un d'eux a fait un malaise.

Le 6 mai, une voiture a été heurtée au passage à niveau de Petit-Enghien par un train roulant sur la ligne 94 Bruxelles-Tournai. Seul l'automobiliste a été blessé.

Le 27 avril, deux employés de la SNCB ont été légèrement blessés dans une collision entre une locomotive d'un train de marchandises et un camion à Zeebrugge.

Le 23 avril, un accident entre une voiture et un train s'est produit sur le passage à niveau à Audenarde. Personne n'a été blessé. Les occupants du train ont été évacués en bus.

Le 13 avril, une collision s'est produite entre un train omnibus et une voiture à hauteur d'un passage à niveau à Esneux. Le train a déraillé.

Le 10 avril, le plan communal catastrophe a été déclenché à Deinze après le déraillement d'un train de marchandises de 28 wagons. Trois wagons susceptibles de contenir des produits chimiques se sont renversés. Il n'y a pas eu de blessé.

Le 14 mars, deux personnes ont perdu la vie alors que leur voiture a été percutée par un train de passagers à hauteur d'un passage à niveau à Zepperen (Saint-Trond).

Le 9 mars, la dernière voiture d'un train a déraillé en gare de Mons, sans faire de blessé. Le train circulait à vide. Seul un conducteur se trouvait à bord. L'incident s'est produit à proximité du lieu où un train avait déraillé en novembre 2009. L'accident en novembre 2009 avait coûté la vie à une accompagnatrice.

Le 5 mars, une collision frontale entre deux trains a été évitée de justesse sur la ligne 124. Alors que le feu était toujours rouge, le convoi a parcouru plusieurs mètres avant de s'immobiliser, évitant de justesse la collision avec un autre train venant en sens inverse.

Le 4 mars, une locomotive des chemins de fer allemands a heurté la motrice d'un train de marchandises à l'arrêt à un feu rouge à proximité de la gare de Glons. Le réservoir de la motrice du train de marchandises a été percé. Quatre des wagons du même train ont déraillé. A l'intérieur d'un des wagons se trouvait une cuve contenant une centaine de litres d'hydrocarbure gazeux. Le plan blanc de sécurité communale a été déclenché. Il n'y pas eu de blessé.

Le 19 février, un conducteur d'un train effectuant la liaison Jambes-Tournai a été autorisé à s'engager sur une voie en sens unique à hauteur de Piéton en vertu d'une autorisation fautive. L'alerte donnée, l'alimentation en électricité a été coupée et aucune train ne venait en sens inverse, d'après Infrabel.

Le 15 février, un train de marchandises a déraillé à hauteur de Clabecq (Tubize), provoquant une panne de courant sur la ligne entre Hal et Mons. Une machine de relevage, prévue pour intervenir à Hal, sur le lieu de la collision, a été déviée vers le lieu du déraillement pour relever les trois wagons touchés. Personne n'a été blessé.