MISE AU POINT

Stop aux commentaires insultants et haineux!

Stop aux commentaires insultants et haineux!

REporters

Depuis plusieurs jours, et singulièrement en politique, de nombreux commentaires sur notre site se sont radicalisés et sont devenus, sur plusieurs points, insupportables. Nous en appelons à la raison et à la modération.

Depuis son lancement, notre site a toujours voulu réserver une large part à l'interactivité. Il nous a toujours semblé important de donner la possibilité aux citoyens de réagir aux articles publiés. Cela nous semble une attitude responsable et démocratique.

Aujourd'hui, force est de constater que cette interactivité ne répond pas toujours à notre objectif premier. Depuis plusieurs jours et singulièrement concernant l'actualité politique, les commentaires dérapent et sont utilisés comme des vecteurs de haine basique et de prose ordurière.

Les articles que nous ouvrons aux commentaires sont post-modérés. C'est à dire qu'ils ne sont corrigés qu'après publication. Nous estimions qu'une surveillance régulière et le contrôle social des internautes allaient servir de balises efficaces. Malheureusement, il faut bien reconnaître que trop souvent les excès de quelques uns nuisent à la modération du plus grand nombre. 

Nous voilà donc devant un choix, à la croisée des chemins. Faut-il encore laisser la possibilité de laisser des commentaires sur le site? Notre réponse est oui. Faut-il favoriser la rapidité de la publication de ces commentaires? La aussi, la réponse est oui, car certains témoignages et réflexions peuvent enrichir un article, exposer un point de vue. Ils peuvent aussi susciter d'autres réactions et par là, jouer un rôle d'échange social immédiat en prise avec l'actualité. Mais s'il faut sacrifier le principe de la rapidité à celui de la qualité, nous prendrons les dispositions qui s'imposent. Sans hésiter.

J'en appelle donc à la raison, à la pondération, à l'intelligence et à l'esprit constructif de chacun. La démocratie est quelque chose qui se mérite. Non, crier à la censure n'est pas un acte citoyen lorsqu'un commentaire est supprimé parce qu'il affuble un homme politique d'une série de qualificatifs plus grossiers les uns que les autres. Non, insulter un autre internaute parce qu'il n'est pas du même avis n'est pas un comportement admissible.

Pour que les choses soient bien claires pour tous, je me permets de rappeler ci-après toutes les règles qui sont de mise sur notre site en matière de commentaires.

Bien à vous,

 

Thierry Dupièreux,

Rédacteur en chef de www.lavenir.net

 PS: ce papier est ouvert aux commentaires...

 

Vous avez la parole,

vous avez une responsabilité

Sur notre site, vous avez la possibilité de réagir à certains articles. Cette libre parole, nous vous l’offrons sous certaines conditions, pour autant que vous respectiez certaines règles. Nous vous demandons dès lors de réagir d'une manière courtoise et constructive, afin que vos commentaires aient également une valeur ajoutée pour les autres internautes.

Quelques principes de base :
> Ne vous écartez pas du sujet
> Veillez à ce que votre contribution soit bien argumentée
> Accordez une attention particulière à la langue et à l’orthographe
> S'il vous plaît, soyez respectueux envers les autres, qu’il s’agisse de personnes ou d’organisations
Nous avons décliné ces principes en un ensemble de règles claires, que vous trouverez ci-dessous. Si vous acceptez ces conditions d'utilisation et suivez les indications, vos commentaires sont les bienvenus.
Les réactions qui enfreignent ces règles seront supprimées.
Si vous constatez des commentaires qui ne respectent pas nos règles, veuillez en aviser la rédaction en cliquant sur "Prévenir le modérateur".
Merci pour votre contribution au débat.
Thierry Dupièreux,
rédacteur en chef

Conditions d'utilisation - Les commentaires sur le site Lavenir.net
> Toute personne qui, avec ses prénom et nom de famille officiels, et son adresse exacte (rue, numéro, commune) est enregistrée dans Lavenir.net et a accepté les règles d'utilisation des commentaires, peut réagir à une sélection d'articles et de débats sur Lavenir.net.
> Une réaction doit se rapporter à l'article en question ou le sujet donné.
> Les commentaires doivent être pertinents. Il n’est pas admis de poster plusieurs commentaires identiques ou similaires.
> Toute publicité ou lien promotionnel vers un ou des site(s) extérieur(s) ne sont pas autorisés. Les commentaires destinés à lancer une campagne ou un appel seront rejetés.
> Les attaques personnelles, vulgarités de langage, injures ou insultes ne sont pas autorisées.
> Ne pas utiliser des majuscules ou des caractères répétés pour renforcer vos arguments.
> Vos réactions sont publiées avec votre nom.
> La publication de commentaires en ligne n'implique aucune approbation par la rédaction. L'auteur d'une réaction est entièrement et exclusivement responsable du contenu de sa réaction, qui n’engage nullement la responsabilité de la rédaction.
> Gardez à l'esprit que les réponses sont archivées et consultables par l'intermédiaire des moteurs de recherche. La rédaction ne répondra pas aux demandes (par leur auteur) de retrait des commentaires en archives.
> En publiant un commentaire, l'auteur donne à la rédaction le droit de les publier éventuellement dans le journal, en tout ou en partie. Souhaitez-vous envoyer une lettre au courrier des lecteurs du journal uniquement, veuillez l’envoyer par mail à l’adresse lecteurs@lavenir.net.
> La rédaction se réserve le droit de ne pas publier des commentaires, de les publier avec un certain retard ou de les supprimer. Elle n’a pas à motiver cette décision et ne rentre dans aucun débat à ce sujet.
> La rédaction a le droit de refuser, de façon temporaire ou permanente, à un internaute de publier des commentaires. Elle n’a pas à motiver cette décision et ne rentre dans aucun débat à ce sujet.
> Les agissements suivants, entre autres, sont interdits et punis par la loi. Dès lors, ils ne sont pas autorisés sur www.lavenir.net :
racisme,
xénophobie,
discrimination et négationisme,
calomnie,
diffamation,
insultes,
menaces,
usurpation d’identité,
violations des droits à la propriété intellectuelle