"La Belgique est le malade de l'Europe", selon Bart De Wever

"La Belgique est le malade de l'Europe", selon Bart De Wever

Reporters

"La Belgique, après des querelles politiques interminables, est devenue le malade de l'Europe", déclare le président de la N-VA, Bart De Wever, dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, dont plusieurs journaux reprennent des extraits.

+ Les réactions sont au bas de la page

De Wever s'en prend notamment à la monarchie, affirmant que "le Roi ne pense pas comme nous", et estime que les Wallons, et en particulier les socialistes, "bloquent toutes les réformes sensées".

A propos des négociations en cours, M. De Wever déclare: "Si nous entrons dans un tel gouvernement, nous courons le risque de perdre les prochaines élections. Nous avons été élus parce que nous prônons des réformes radicales."

"Le Roi ne pense pas comme nous"

Quant à la monarchie, elle joue le jeu des francophones, selon le président de la N-VA. "Le problème, c'est que le Roi joue encore un rôle politique. Pour nous, Flamands, cela pose un problème, parce que le Roi ne pense pas comme nous. Pour les Wallons, c'est un avantage, car ils sont alliés avec lui."

Le président de la N-VA s'en prend également au PS qu'il voit comme un obstacle aux réformes.

Concernant la Wallonie, M. De Wever estime qu'elle est en droit de bénéficier de transferts financiers Nord-Sud, mais "à des conditions normales". "Cet argent ne doit pas être une perfusion, comme de la drogue pour un junkie", ajoute-t-il.

Rien de nouveau sous le soleil, dit le président de la N-VA

Sur les ondes de la VRT, Bart De Wever a regretté que certains éléments de son interview aient été retirés de leur contexte dans la presse belge. Selon lui, il n'y a pas lieu d'y
voir quelque chose de spectaculaire. "Ce n'est pas la première fois que je défends ces positions. Je donne volontiers mon avis", a-t-il précisé.

 "Si on lisait toute l'interview, on constaterait que je dis aussi beaucoup de choses rassurantes à propos de notre pays".

Mauvais timing ? 

Le président de la N-VA a également souligné n'avoir fait que rappeler les points de vues de son parti, qui ne sont pas nouveaux.

"Peut-être le timing n'était-il pas bon mais le Spiegel était demandeur de cette interview depuis des mois déjà. Je ne vais pas cacher mes convictions", a dit Bart De Wever.

Le président de la N-VA nie que l'interview accordée au Spiegel hypothèque les discussions institutionnelles en cours. "Ceux qui la montent en épingle veulent peut-être en finir avec les négociations voire avec la N-VA (...) Moi, je participe à ces négociations avec l'objectif qu'elles réussissent", a-t-il dit.
 

 

Marcel Cheron choqué

Le sénateur de Communauté Marcel Cheron (Ecolo) s'est dit "choqué" par les propos de Bart De Wever. Invité sur Bel RTL, Marcel Cheron a jugé ces propos "irresponsables", y compris pour les Flamands, à l'heure où le FMI examine la situation financière de la Belgique.

C'est en outre "particulièrement malveillant par rapport aux Wallons, aux Wallonnes, ceux qui travaillent tous les jours, et qui essaient justement de redresser cette Région".

Selon Marcel Cheron, régulièrement associé aux discussions institutionnelles en cours, cette sortie de Bart De Wever "n'est pas de bonne augure" pour la suite de la négociation.

Le cdH est affligé

Le cdH s'est dit "affligé" par les propos tenus lundi dans la presse allemande par le président de la N-VA, Bart De Wever. Selon le cdH, M. De Wever "attaque frontalement, dans un moment politique plus que délicat, et sans aucune nuances (...) à la fois son propre pays, l'économie belge (flamande comme francophone), le roi et les Wallons". Il appelle la N-VA à "clarifier" ses intentions. Lire la suite

Javaux déplore l'irresponsabilité

Le co-président d'Ecolo Jean-Michel Javaux a  déploré lundi la légèreté dont a fait preuve le président de la N-VA. Il s'interroge notamment sur le moment choisi par le nationaliste
flamand pour tenir de tels propos.Lire la suite

PS: la N-VA cherche des excuses

Les sorties médiatiques récentes du président de la N-VA Bart De Wever stigmatisant la Belgique font dire au parti socialiste que les nationalistes flamands cherchent "des excuses pour ne pas conclure un accord". Le PS se demande si la N-VA est encore en
négociation en vue de réformer fondamentalement le pays ou si elle est déjà entrée en "campagne électorale".Lire la suite

Reynders: "irresponsable"
Comme la majeure partie des réactions, celle du président du MR et ministre des Finances qualifie aussi d'irresponsables les propos de Bart De Wever. Lire la suite

Groen! très inquiet

Les écologistes flamands de Groen! ont manifesté lundi leur "très grande inquiétude" après les déclarations du président de la N-VA qui a qualifié la Belgique de pays malade de l'Europe. Lire la suite

Les propos sur la Belgique pas fondés et pas indiqués (CD&V)

La prise de position du président de la N-VA est une analyse qui "n'est pas juste" et "pas sage", a réagi lundi le président du CD&V, Wouter Beke, à l'issue du Bureau de son parti.Toutes les comparaisons internationales démentent cette analyse, a indiqué M. Beke selon qui la Belgique se trouve parmi les pays les mieux classés en Europe si on tient compte de la croissance, de la croissance de l'emploi et de la situation budgétaire.

De l'énergie pour les négociations plutôt que le stratego (Gennez)

La présidente du sp.a, Caroline Gennez, dit refuser de perdre du temps avec l'entretien accordé par le président de la N-VA. "Je ne peux qu'appeler De Wever et les autres partis autour de la table à mettre dans les négociations toute l'énergie qu'ils dépensent dans le stratego politique. De cette façon, nous ferons ce que les citoyens veulent que nous fassions, à savoir travailler à une grande réforme de l'Etat", a-t-elle déclaré.

Leterme: "Pas exact"

Yves Leterme rejette les propos de Bart De Wever. Le premier ministre se base sur un rapport du FMI pour dire que les déclarations du président de la N-VA sont inexacts. Lire la suite

Avec Belga

Nos dernières videos