L'UE dénonce des "tests phallométriques" en République Tchèque

La Commission européenne a dénoncé vendredi des pratiques jugées humiliantes imposées par les autorités tchèques aux demandeurs d'asile pour vérifier qu'ils sont bien homosexuels et peuvent à ce titre arguer de persécutions subies dans leurs pays.

La pratique du "test phallométrique" est "dégradante", "non conforme aux droits de l'Homme" et "le refus de s'y soumettre ne peut constituer un motif de refuser l'asile", a mis en garde le porte-parole de la Commission pour les questions d'immigration, Michele Cercone.

Ce test consiste à mesurer les réponses érectiles masculines obtenues pendant la présentation de divers stimuli sexuels et non sexuels. Il a été mentionné par l'Agence européenne pour les droits fondamentaux dans un rapport.

Les autorités tchèques utilisent ces tests pour vérifier l'homosexualité des demandeurs d'asile en leur projetant des images pornographiques hétérosexuelles, a déploré la Commission.

"Cette pratique suscite des doutes quant à sa conformité avec les articles 4 et 7 de la Charte des droits fondamentaux (de l'UE) qui interdisent la tortures et les traitements dégradants", avertit la Commission.

"L'examen des demandes d'asile doit toujours être mené dans le respect des droits fondamentaux et les principes généraux de la législation européenne", rappelle Bruxelles.

Belga

Nos dernières videos