La Belgique investit 300.000 euros dans la médiation des conflits en Afrique

La Belgique investit 300.000 euros dans la médiation des conflits en Afrique

Steven Vanackere a fait son exposé devant des étudiants sud-africains de Pretoria. Belga

La Belgique a décidé de consacrer 300.000 euros pour financer un centre de médiation dans les conflits au sein du département des sciences politiques de l'université de Pretoria.

Le but est d'aider au renforcement d'une telle capacité en Afrique du sud, un pays connu pour son implication dans la résolution de crises sur le continent noir, a annoncé ce lundi le ministre belge des Affaires étrangères, Steven Vanackere.

Cette somme servira à la la mise sur pied d'un tel centre d'expertise, a expliqué le chef de la diplomatie belge au cours d'une conférence donnée devant des étudiants en sciences politiques de cette université, un établissement centenaire mais qui accueille désormais une moitié d'étudiants noirs, quinze ans après la fin de l'apartheid.

Prévenir plutôt que guérir

Le gouvernement belge a donné le 22 octobre son accord à ce financement de 300.000 euros, prélevé sur le budget des Affaires étrangères réservé à la diplomatie préventive.

"La prévention des conflits s'avère moins coûteuse" qu'a posteriori les interventions de maintien de la paix menées par la communauté internationale, a en substance souligné Vanackere devant les étudiants sud-africains, en exprimant son inquiétude pour l'évolution de la situation au Soudan, à deux mois du référendum sur l'auto-détermination du sud du pays. Les Sud-Soudanais doivent choisir, lors d'un référendum prévu le 9 janvier, entre le maintien de l'unité avec le Soudan ou la sécession. Ce scrutin est le point-clé de l'accord de paix ayant mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile entre le nord du pays, majoritairement arabo-musulman, et le sud, en grande partie chrétien. Entre les deux se trouve la région pétrolifère disputée d'Abyei.

Avec Belga

Nos dernières videos