MOBILITE

Alizée Poulicek et les reines du stationnement en marche arrière

EdA - Jacques Duchateau

«Vrrrouum!» et elle fonce à 5m droit devant. «Eeeek!», elle stoppe la voiture, regarde son angle mort et sitôt, le volant est tourné à fond pour garer la petite voiture dans l’étroit espace entre deux autres voitures. Sera-t-elle la prochaine championne des parkings en créneau ?

Vendredi après-midi, à Anvers, s’est tenu le Championnat féminin de stationnement en marche arrière au sein du Benelux auquel 50 candidates, soit quelque 25 Hollandaises et 25 Belges (dont seulement cinq francophones) se sont affrontées les unes après les autres au volant d’une Mercedes Classe A, dans un contre-la-montre du parking à reculons. L’enjeu ? L'une d'elles sera l’heureuse conductrice d’un cabiolet Mercedes Benz SLK 350 pendant un an.

Et la première place revient à la Hollandaise Maria Poldermans, comme l'an dernier à l'édition hollandaise de ce concours, qui s'est garée en 20,88 secondes. C'est toutefois moins rapide que la performance de la Belge Maya De Keyser, arrivée deuxième, qui a effectué son stationnement en 19,06 secondes, mais avec un peu moins de précision en touchant, par exemple, les lignes délimitant l’aire de stationnement sur la chaussée.


Les critères d'évaluation du parking à reculons :
- Effectuer le stationnement le plus rapidement possible.
- Ne pas toucher les voitures à l’avant ou à l’arrière (sous peine de disqualification).
- Les roues doivent être droites à la fin de la manoeuvre.
- La voiture doit être alignée avec celles déjà stationnées et, pour ce faire, les lignes peintes sur le pavé ne doivent pas être dépassées.
 

C’est la Miss Belgique 2008, Alizée Poulicek, accompagnée de trois professionnels (masculins) de la conduite automobile, qui évaluaient la précision et la rapidité du créneau. « Ce concours a été créé pour contrer le cliché de la blonde qui ne sait pas conduire, confit-elle à la caméra peu avant le début de la compétition, et l’idée de ce concours part d’une étude menée par Hertz où il est constaté que les femmes font moins de dégats aux voitures (louées) que les hommes. »

De fait, la Bruxelloise francophone, Anna, est de celles qui ont participé au concours pour le côté ludique de la chose, mais aussi pour défendre l’honneur des femmes. «Au-delà du fait que je trouve le concept génial, je voulais montrer aux hommes que les femmes savent aussi se garer !» Elle a d’ailleurs réalisé une performance assez honorable en effectuant son créneau un 22,66 secondes avant d’être disqualifiée pour avoir légèrement touché le parechoc de la voiture derrière elle.

Aucun concours masculin du genre n’existe à l’heure actuelle, a répondu à L’Avenir l’un des organisateurs du championnat. Chuchotant, en regardant à gauche et à droite, l’homme poursuit en disant : « mais qui sait s’il n’y en aura pas bientôt un pour que l’on puisse répliquer et nous défendre! ».