AUTRICHE

Natascha Kampusch dans son autobiographie: "dans sa cave, j'étais Bibiana"

Natascha Kampusch dans son autobiographie: "dans sa cave, j'étais Bibiana"

Ce livre est un futur best seller. Du moins en Autriche. Reporters

L'autobiographie très attendue de Natascha Kampusch sort ce mercredi en Autriche. Ce futur best-seller s'appelle "3.096 jours", soit la durée de son kidnapping.

L'Autrichienne Natascha Kampusch, enlevée et séquestrée pendant huit ans avant d'échapper à son ravisseur, publie mercredi son autobiographie, intitulée "3096 Tage" (3.096 jours), soit le temps de sa détention.

La jeune femme y raconte en 284 pages son enlèvement en mars 1998 sur le chemin de l'école, les violences physiques et morales que lui a fait subir pendant huit ans Wolfgang Priklopil, dans une cave de son pavillon à Strasshof, dans la banlieue de Vienne, et dont elle a fini par s'échapper le 23 août 2006.

Selon des extraits publiés dans les journaux autrichiens, elle décrit la "prison psychique" dans laquelle son bourreau l'avait enfermée, victime de coups et d'humiliations: "Il l'a fait plusieurs fois: me jeter nue à la porte de la maison, en me disant: Enfuis-toi. Voyons jusqu'où tu peux aller."

Natascha Kampusch, 22 ans, parle de "l'amour dérangé de Priklopil", qui malgré les abus sexuels recherchait autre chose: "L'homme, qui me battait, m'enfermait dans sa cave et me laissait mourir de faim, voulait être cajolé".

Réduite à l'état d'esclave, les cheveux parfois rasés pour qu'on ne la reconnaisse pas lors des rares sorties de la cave, Natascha est renommée à 11 ans "Bibiana" par son bourreau. "Dans la cave, j'étais Bibiana", a expliqué la jeune femme dans une interview au quotidien Kurier.

Poussée selon ses propres dires par le besoin de "se débarrasser" de son histoire, la jeune femme dresse en négatif le portrait de son ravisseur, un paranoïaque, voulant tout contrôler, anorexique et misogyne.

Belga