Libye: Tripoli réclame un cessez-le-feu, après trois mois de conflit

(Belga) Le régime libyen a répété dimanche être prêt à un cessez-le-feu en échange d'un arrêt des frappes de l'Otan, en recevant l'envoyé spécial de l'ONU trois mois après le début de la révolte en Libye contre le régime autoritaire du dirigeant Mouammar Kadhafi.

Le chef du gouvernement libyen Baghdadi Mahmoudi a indiqué, en recevant Adbel-Elah al-Khatib, que le régime souhaitait "un cessez-le-feu immédiat qui coïnciderait avec un arrêt des bombardements de l'Otan", selon l'agence officielle Jana. Il a dénoncé par ailleurs les "abus et violations" commis par l'Otan, qui a pris le commandement de l'opération militaire en Libye le 31 mars, citant notamment des "assassinats politiques, le siège maritime injuste, le bombardement de sites civils et la destruction de l'infrastructure". Auparavant, l'envoyé spécial de l'ONU avait été reçu par le ministre libyen des Affaires étrangères Abdelati Al-Obeidi qui avait dénoncé une "tentative d'assassinat" du colonel Kadhafi dont la résidence de Bab Al-Aziziya a été bombardée à plusieurs reprises depuis quelques semaines. M. Khatib est arrivé d'Athènes, où il avait expliqué samedi que sa visite allait lui "permettre de mieux comprendre la situation politique et d'avancer sur cette affaire". Sur le plan judiciaire, le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo a assuré être "presque prêt pour un procès", affirmant que ses services ont collecté des preuves "bonnes et solides" permettant d'identifier les principaux responsables. Dimanche, plusieurs explosions ont secoué l'est de la capitale libyenne cible quasi quotidienne des frappes de l'Otan. (GFR)