(Belga) Les tribunaux du travail en Flandre croulent sous une charge de travail en hausse en raison du transfert des règlements collectifs de dette des tribunaux de première instance vers les tribunaux du travail, peut-on lire dimanche dans Het Nieuwsblad Sportwereld.

C'est le président du tribunal du travail de Gand, Marc Windey, qui tire la sonnette d'alarme dans le journal. "Mes collaborateurs passent parfois des journées entières à ouvrir des enveloppes, à agrafer des documents ou à classer des dossiers. Lorsque je veux prononcer un jugement, je dois d'abord demander à mes collaborateurs quand ils trouveront le temps pour l'envoyer", explique Marc Windey. En 2007, le tribunal du travail de Gand a dû traiter 4.000 plis judiciaires et lettres recommandées, contre 54.000 l'an dernier. Ces chiffres sont la conséquence du transfert des règlements collectifs de dette, des dossiers de personnes qui ont d'importantes difficultés financières. La même évolution se remarque dans les autres tribunaux du travail. A Termonde, le tribunal du travail traitait en moyenne 3.000 dossiers par an et depuis le transfert, au moins 3.000 dossiers rien que pour les règlements collectifs de dette. De même à Anvers, "les milliers de dossiers augmentent de manière exponentielle chaque année". (GEJ)