Bruxelles: feu vert à un nouveau cadre linguistique pour les pompiers

(Belga) Le gouvernement bruxellois a donné jeudi son feu vert à une proposition de cadre linguistique mise sur la table par le secrétaire d'État Christos Doulkeridis. Ce dossier a épisodiquement compliqué la tâche des autorités régionales, tout au long des 20 ans d'existence de la Région-capitale.

Le cadre précédent avait été cassé par le Conseil d'État et depuis lors, les hommes du feu ont manifesté à plusieurs reprises devant les portes du gouvernement pour protester contre l'absence de nouvelles nominations et promotions. La répartition du cadre mise sur la table au terme d'un comptage du volume des affaires traitées effectué durant 6 mois se fera selon une clé 70,58% (francophones) et 29,42% (néerlandophones). Selon Christos Doulkeridis, cette répartition garantira à chaque citoyen un service de secours bilingue à tout moment. Après consultation des organisations syndicales, les nouveaux cadres seront envoyés à la Commission permanente de contrôle linguistique, avant de revenir au gouvernement bruxellois pour validation définitive. La nouvelle méthode de comptage retenue découle, dixit le secrétaire d'État, d'une analyse minutieuse de la législation fédérale sur l'emploi des langues, ainsi que de l'abondante jurisprudence de la Commission permanente de contrôle linguistique et du Conseil d'État. Le souhait du secrétaire d'État est de pouvoir "rendre aux hommes du feu des perspectives de carrière solides et stables, d'où l'importance accordée à la rigueur dans l'important travail produit". Selon lui, le dossier a été monté avec "pragmatisme, sans précipitation". Christos Doulkeridis a rappelé que les cadres linguistiques n'étaient juridiquement valides que s'ils respectent scrupuleusement la législation fédérale en vigueur, à savoir un comptage linguistique rigoureux des affaires traitées par le service. ((BPE))