Crise: le professeur Matthijs (VUB) envisage Bruxelles Région à part entière et élargie

(Belga) Le professeur Herman Matthijs, qui enseigne les Finances publiques à la VUB (Vrije Universiteit Brussel), estime que les partis flamands ont réagi de façon trop tiède à l'annonce de la nouvelle appellation "Fédération Wallonie-Bruxelles", destinée à remplacer la Communauté française. Il plaide par ailleurs pour une Région bruxelloise à part entière exerçant quelques compétences communautaires et pour un élargissement de Bruxelles aux communes périphériques.

Dans une entrevue publiée par l'hebdomadaire flamand "Knack", il souligne que l'annonce de la Fédération Wallonie-Bruxelles constitue un fait institutionnel important. Pour lui, la Flandre commet une faute lorsqu'elle n'accepte pas Bruxelles comme Région à part entière. Il ajoute que l'élargissement de Bruxelles aux communes à facilités (excepté Wemmel) doit pouvoir être discuté. "Que fera la Flandre lorsqu'il apparaîtra lors des élections communales que 90% des habitants de ces communes votent pour des listes francophones? ", demande-t-il. Le professeur dit craindre que les négociateurs fédéraux continuent à faire du sur place aussi longtemps qu'ils "bricolent" dans le système actuel. Cela est d'autant plus vrai pour le financement des entités, dit-il, affirmant que le système actuel nous mène à la collision. "En ne disant pas dès le début à Di Rupo qu'une réforme de la loi de financement est inévitable, De Wever a commis une grosse faute, en tant que vainqueur des élections en Flandre", dit encore M. Matthijs. Face à la Fédération Wallonie-Bruxelles, il est d'avis qu'un plan B flamand pourrait être élaboré, qui apporterait une réponse à la question des frontières de la Flandre, à la répartition de la dette de l'Etat et à l'adhésion de la Belgique aux organisations internationales. Partisan d'une Belgique à 4 Régions, il voit Bruxelles doté de quelques compétences communautaires comme le sport et le tourisme. Cela ne l'empêche pas de dire que d'importantes compétences comme l'enseignement, la culture et les matières linguistiques resteraient, communautaires. (KNS)

Nos dernières videos