Japon: les catastrophes de Fukushima et Tchernobyl sont différentes

Pour Willy De Roovere, les catastrophes de Fukushima et de Tchernobyl en 1986 restent différentes. Reporters

La catastrophe nucléaire de Fukushima et celle de Tchernobyl en 1986 restent différentes, a indiqué Willy De Roovere, le directeur général de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire.

La catastrophe nucléaire de Fukushima et celle de Tchernobyl en 1986 restent différentes, a indiqué Willy De Roovere, le directeur général de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), après la décision du Japon de classer l'accident de Fukushima au même niveau que celui de la centrale ukrainienne. "A Tchernobyl, le feu de graphite et la dispersion du nuage sur l'ensemble du monde ont fait qu'il ne s'agissait pas que d'un problème local", explique-t-il.

L'Agence japonaise de sûreté nucléaire a décidé de classer l'accident de Fukushima au rang maximum de 7 sur l'échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES), le plaçant au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl.

La quantité de matières radioactives libérées en ce moment au Japon s'élève toutefois à 10% de ce qui se dégageait à Tchernobyl. Les catastrophes japonaise et ukrainienne sont désormais les seules à atteindre ce niveau maximal. Jusqu'ici, Fukushima était recensée au niveau 5. Ce nouveau seuil ne va entraîner aucun changement dans l'approche sur le terrain, précise M. De Roovere qui dit ignorer la raison de cette modification.

Le niveau 7 signifie qu'un "rejet majeur de matières radioactives" s'est produit avec "des effets considérables sur la santé et l'environnement".

Belga


Nos dernières videos