Crise: les présidents francophones expliquent leur position; le VOKA rappelle la sienne

(Belga) A l'issue d'une rencontre entre des chefs d'entreprises flamands et les présidents de partis francophones, l'organisation patronale flamande VOKA a rappelé lundi soir les lignes de force de sa position en matière de réforme de l'Etat. Selon son président Luc De Bruyckere, le VOKA plaide pour une réforme qui permettre aux régions de mener une politique socio-économique sur mesure.

Les présidents des quatre partis francophones ont expliqué lundi soir, à Bruxelles, à une quarantaine de patrons flamands, membres de l'organisation VOKA, leur position sur la réforme de l'Etat. "Le VOKA plaide pour des "solutions efficaces" afin d'améliorer la structure de l'état, et non pour des "compromis hésitants", a dit l'organisation patronale flamande, dans un communiqué diffusé en fin de soirée. L'organisation des chefs d'entreprise flamands veut avant tout l'autonomie fiscale, en matière d'impôt sur les personnes physiques, mais aussi, en partie, en matière d'impôts sur les sociétés. Pour les régions moins bien nanties financièrement, il faut une période intermédiaire et une intervention de solidarité, dit-elle. Le VOKA demande par ailleurs une régionalisation du marché du travail avec un maintien à l'échelon fédéral de tout ce qui a trait au système d'allocations de chômage, qui doivent être limitées dans le temps. Aux yeux du VOKA, les régions sont plus à même d'intégrer les chômeurs de longue durée sur le marché du travail. Enfin, l'organisation des patrons flamands estime que Bruxelles n'est pas une région comme une autre. La collaboration et l'implication de la Flandre et de la Wallonie est indispensable pour lui permettre d'exercer son rôle de métropole pour la Flandre et la Wallonie. L'organisation plaide pour une transformation de Beliris en une plate-forme de collaboration pour les autres niveaux de pouvoir. (THD)

Nos dernières videos