La polémique Koekelberg, "c'est le Far West", dénonce Delpérée

La polémique Koekelberg, "c'est le Far West", dénonce Francis Delpérée. EdA

La polémique autour de l'ex-commissaire général de la police fédérale Fernand Koekelberg ne relève plus de la justice mais du "Far West", a critiqué ce lundi sur Bel-RTL le sénateur Francis Delpérée (cdH), déplorant que les procédures de contrôle aient été débordées par cette polémique.

"Il y a des règles sur les déplacements à l'étranger et les frais de participation à des grandes réunions internationales, des procédures de contrôle interne et externe, de recours, etc", rappelle-t-il. Il souligne que la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom (Open Vld) était au courant du déplacement au Qatar et que les inspecteurs des finances avaient donné leur accord sur l'engagement de dépenses.

"Le problème, c'est quand je vois que le débat arrive sur la place publique parce que le président de la Commission de l'Intérieur de la Chambre (le N-VA Ben Weyts, ndlr) met le problème au sein du parlement, c'est lorsque les ministres Open Vld soutiennent mollement (...) et quand le premier ministre (Yves Leterme) lâche le commissaire général en pleine séance du parlement ; là, ce n'est plus de la justice, c'est le Far West! ", estime Francis Delpérée.

Et le sénateur de déplorer le rôle des corbeaux et lettres anonymes, des pratiques "choquantes" dans un État de droit. Il dément que les partis francophones se seraient "laissés faire" face à la N-VA, car "il y a eu un emballement ces derniers jours" et c'est M. Koekelberg lui-même qui, "en tant qu'homme et policier", a finalement jugé sa situation intenable.

Belga