(Belga) Les syndicats du fabricant de jus de fruits Looza à Looz (Limbourg) ont demandé l'intervention d'un médiateur social pour faire avancer les négociations concernant le licenciement collectif de 35 personnes. Ils espèrent ainsi obtenir de meilleures conditions pour les prépensions volontaires, ce qui permettrait de limiter le nombre de licenciements secs.

Fin mars 2010, la direction de Looza faisait part de son intention de se séparer de 28 pc de son personnel, soit 35 emplois à temps plein (26 ouvriers et 9 employés). La demande des bouteilles en verre de la marque Tropicana a en effet tellement baissé qu'une chaîne de production doit être mise à l'arrêt. Depuis cette annonce, les syndicats tentent autant que possible d'éviter les licenciements secs. Mercredi, les négociations semblaient être dans l'impasse. La direction souhaite avoir recours aux prépensions, complétées d'une prime unique. Les syndicats craignent toutefois que cette offre de Looza soit insuffisante, avec comme conséquence que trop peu de personnes optent spontanément pour cet arrangement et que s'en suivent trop de licenciements secs. "Nous avons demandé une procédure de conciliation auprès du Comité paritaire de l'alimentation et de l'industrie parce que nous espérons qu'une meilleure proposition peut encore émerger", a expliqué Nicole Houbrechts, de la FGTB. "Nous espérons ainsi motiver autant que possible les gens à partir en prépension", a-t-elle ajouté. (471)