CHARLEROI

Dix-huit mois et 3 ans de prison avec sursis requis pour trafic de cannabis

Dix-huit mois et 3 ans de prison avec sursis requis pour trafic de cannabis

Un trafic de canabis. EdA

Deux prévenus ont comparu jeudi devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour trafic de cannabis. Le premier, intercepté au retour des Pays-Bas avec du matériel de culture de cannabis, évoque une consommation personnelle. Le second, chez qui 2,3 kilos ont été saisis, affirme avoir servi de «nourrice». Le parquet a requis des peines de 18 mois et de 3 ans de prison avec sursis.

Le 12 mars dernier, la police d’Anvers interceptait une camionnette suspecte revenant des Pays-Bas. À son bord se trouvait Elyace C., un jeune Carolo qui venait d’acheter du matériel de culture de cannabis. Une perquisition à son domicile a permis la saisie de 3.200 euros, 73 grammes de produits stupéfiants et deux tentes de culture équipées de lampes au sodium. Interrogé à l’audience, le prévenu a expliqué qu’il fumait 3 à 4 grammes par jour et que cette future plantation devait servir à sa consommation personnelle.

Une deuxième perquisition s’est déroulée chez le propriétaire de la camionnette, Xavier G., chez qui les enquêteurs ont découvert 2,3 kilos de cannabis, ainsi que plusieurs cartes SIM et un fusil à lunette. Le suspect a quant à lui expliqué qu’il servait de «nourrice», c’est-à-dire qu’il stockait les stupéfiants pour un certain Nordin qui n’a jamais été identifié.

«Cette quantité démontre qu’il ne s’agit pas de consommation personnelle», a déclaré le substitut Verbrigghe. «Nous sommes devant un trafic et les deux prévenus ont posé des actes préparatoires. Xavier G. est d’ailleurs en récidive spécifique et vient encore d’être signalé comme fournisseur dans un nouveau dossier.» Au terme de son réquisitoire, le parquet a requis 18 mois de prison avec sursis probatoire contre Elyace C. et 3 ans, avec sursis également, contre son coprévenu.

Me Bouchat, conseil d’Elyace C., a sollicité une suspension simple, estimant qu’on ne pouvait rien prouver d’autre qu’une consommation personnelle. Me Khoulalène, pour Xavier G., a plaidé le sursis probatoire, en demandant d’écarter la participation à une association de malfaiteurs.

Jugement le 30 juillet.