INSOLITE

Bientôt des pluies d’étoiles filantes à la demande grâce à une start-up japonaise

Bientôt des pluies d’étoiles filantes à la demande grâce à une start-up japonaise

- Reporters/Leemage

Une start-up japonaise se prépare à organiser une spectaculaire pluie de météores au-dessus de la ville de Hiroshima au printemps 2020, en espérant séduire ensuite des clients du monde entier avec ce premier service «d’étoiles filantes à la demande».

La société ALE, basée à Tokyo, met les dernières touches au développement de deux microsatellites qui, une fois placés en orbite, seront capables d’éjecter de petites balles. Ces projectiles se désintégreront en pénétrant dans la couche atmosphérique, dégageant alors une très forte luminosité au contact des molécules de l’air.

Les satellites, qui pourront être utilisés séparément ou en tandem, seront lancés l’an prochain, l’un par une fusée de l’Agence nippone d’exploration spatiale (Jaxa), l’autre par une fusée du secteur privé.

À bord de chaque engin, 400 balles à la composition chimique gardée secrète et dont la couleur pourra varier en fonction des ingrédients employés. De quoi illuminer 20 à 30 événements, selon la compagnie.

C’est Hiroshima (ouest) qui aura la primeur de ce feu d’artifice céleste, pour sa météo clémente, sa géographie et ses atouts culturels. Si le ciel est limpide, la pluie de météores pourra être admirée par des millions de personnes, assure ALE.

«

Notre réserve d’étoiles filantes se trouvera dans l’espace et pourra être distribuée partout.

»

Mais les ambitions d’ALE et de sa présidente, l’astronome Lena Okajima, vont bien au-delà du Japon. «Nous ciblons le monde entier, puisque notre réserve d’étoiles filantes se trouvera dans l’espace et pourra être distribuée partout», a-t-elle expliqué à la presse cette semaine.

Chacune des étoiles ne devrait briller que quelques secondes, puis disparaître intégralement bien au-dessus de la surface terrestre, écartant ainsi tout danger selon la société.

Mais leur éclat serait si puissant qu’un tel spectacle pourrait être envisagé sur la mégapole de Tokyo malgré l’intense pollution lumineuse.

ALE, qui travaille en collaboration avec des scientifiques et ingénieurs d’universités japonaises, les autorités et des entreprises, n’a pas souhaité donner le prix de ce divertissement de luxe.

La compagnie évalue à quelque 20 millions de dollars le coût de développement, du lancement et du fonctionnement des deux satellites.

À plus long terme, ALE étudie la possibilité d’utiliser des satellites déjà dans l’espace, qui ne seraient plus opérationnels, pour créer des étoiles filantes «géantes» en les précipitant dans l’atmosphère.